SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

Le juge Bitar décide : « Je n’abandonnerai jamais le dossier du port sous aucune pression. »

Al-Modon

L’enquêteur judiciaire dans l’affaire de l’explosion du port de Beyrouth, le juge Tarek Bitar, a exprimé son engagement à mener à bien les investigations dans cette affaire, répétant : « Je n’abandonnerai le dossier du port sous aucune pression, et je n’abandonnerai pas cette affaire. .”

En réponse à la question d’Al-Modon sur la demande de la délégation française de consulter le dossier d’enquête, d’autant plus que ce n’est pas la première fois que la justice française demande une suite au dossier d’enquête, Bitar a répondu : « Je ne vais pas remettre tout document de mon dossier jusqu’à mon retour à l’enquête… Je suis prêt à coopérer avec la justice française pour obtenir cette justice.  »

Nouvelle action en remboursement !

Les affaires contre un juge sont censées être envoyées à son bureau au Palais de justice uniquement, elles ne doivent pas être transférées à son domicile.

Quant à Bitar, il ne se souvient pas du nombre de poursuites en réponse intentées contre lui pour avoir arrêté sa main du dossier du port. Leur nombre dépassa la quarantaine de procès. La dernière a eu lieu ce matin, lorsque le tribunal de Baabda a envoyé un nouveau dossier de restitution au juge Al-Bitar à son domicile, mais il ne l’a pas reçu en raison de sa présence au Palais de justice.

tâche judiciaire spécifique

La visite de la délégation française à Bitar est une tâche judiciaire spécifique, et donc indépendante de l’autorité politique française.

La justice française veut voir l’avancée des investigations, et elle a besoin de réponses claires de la part de la justice libanaise sur les raisons du blocage de ce dossier, d’autant plus que l’attentat du 4 août a coûté la vie à des citoyens français, et que les familles de ces personnes ont interpellé la justice française à intervenir pour découvrir la vérité.

Nul doute que la visite des délégations européennes et de la délégation française à Beyrouth pour le suivi de certains dossiers judiciaires importants est une opportunité qui ne se renouvellera pas. Ainsi la plupart des citoyens tentent de profiter de la présence des délégations à l’intérieur du Palais de Justice pour faire appel à eux. Cependant, certains avis judiciaires éclairés sur les objectifs de ces visites.

Il considère que toute enquête qui n’est pas dans l’intérêt de l’État libanais n’est pas importante, considérant que la justice internationale ne cherche qu’à atteindre ses intérêts, car il est possible que les objectifs de la délégation européenne soient de confisquer l’argent du gouverneur de la Banque du Liban en Suisse en faveur de l’Etat français, quant à l’intérêt de la délégation française pour la question portuaire en raison de sa poursuite d’enquêtes tuant des citoyens français.