SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Le Liban doit choisir le « Capital control » même si ses conditions sont difficiles

Des sources économiques, suivant le mouvement de communication et de négociation entre le Liban et le FMI, jusqu’à l’accord préliminaire entre eux, qui a été annoncé hier, ont confirmé à Al-Jomhouriya que le test se trouve ici.

Les sources ont déclaré: Avec ce développement, le Liban est confronté à une opportunité très précieuse qui ne se reproduira peut-être pas si elle est manquée. La première réponse que le Liban a reçue du FMI lui a donné un signal très significatif, et il est clair que ce pays, dont l’horizon était sombre et bouché, a révélé dans ce tunnel une lumière sur une brèche ouverte au bout des solutions et des issues à ce crise.

Cependant, ajoutent les sources, la partie libanaise n’a pas le luxe de perdre du temps à évaluer et à disséquer les conditions du Fonds monétaire international, et d’entrer dans un bazar politique autour d’eux dans le but de semer la confusion ou de chercher à perturber, il y a deux options.

Soit il reste empoisonné, et le poison réagit et tue tout le corps libanais.Quant à l’antidote, qui n’a de salut que par lui, il a ses exigences et ses conditions, d’autant plus que les expériences avec le Liban ne sont pas encourageantes, et donc il y a pas d’autre choix pour lui que de choisir l’antidote même si ses conditions sont difficiles, ou douloureuses l’une pour l’autre… Que qualifieriez-vous de politique?

Et les sources ont indiqué qu’il existe des portes existantes pour le gouvernement qui doivent être ouvertes pour répondre aux exigences du Fonds monétaire international, à commencer par la question du « contrôle des capitaux », qui semble être sur le point d’être ratifiée prochainement à la Chambre des députés. Représentants après son approbation par les commissions parlementaires mixtes qui ont renvoyé le Président de la Chambre au projet parlementaire Nabih Berri.

Des sources parlementaires n’excluent pas qu’une session législative générale se tienne avant la fin du mois pour approuver le contrôle des capitaux au cas où les commissions mixtes y parviendraient lors de leur prochaine session, qui pourrait se tenir mercredi prochain.

Les sources ont souligné que les besoins du fonds, aussi difficiles soient-ils, restent meilleurs que la situation qui s’est détériorée au pire au Liban, et à partir de là, la situation ne supporte aucune sollicitation politique et partisane. Selon les informations des mêmes sources, le gouvernement cherche des réalisations rapides dans ce domaine, et ce sont les directives de son président.