SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Le Liban est menacé d’une interruption complète du service internet

Certaines régions libanaises, dont la capitale, Beyrouth, ont connu une baisse du niveau de service Internet à différents moments de la journée, au moment où les experts dressent un tableau sombre de ce secteur qui pourrait atteindre l’ampleur d’une interruption de service dans le pays.

Il semble que le gouvernement libanais ait deux options : soit continuer à soutenir le secteur et drainer les réserves de la Banque du Liban, soit fixer le coût du service sur le taux de change réel du dollar américain.

La deuxième option signifie pratiquement que les prix de ce service vont augmenter, ce qui revient à faire peser davantage de charges sur les Libanais qui souffrent depuis 2019 d’une crise économique étouffante qui a touché tous les milieux.

De plus, le problème d’Internet au Liban est actuellement lié au taux de change de la livre libanaise par rapport au dollar américain, car les coûts d’Internet drainent les réserves de devises de la Banque centrale du Liban.

Le problème est que la tarification du service se fait toujours selon le taux de change officiel du dollar, qui est de 1515 livres libanaises pour un dollar, mais beaucoup de ses exigences sont payées au prix du marché noir.

Aussi, le scénario de la levée des subventions sur l’Internet risque de se répéter, comme cela s’est produit pour le carburant et les denrées alimentaires.

Le secteur de l’Internet revêt une grande importance au Liban, car il permet de relier la nouvelle population du pays à un grand nombre de leurs parents et proches expatriés dans le monde entier.

Les Libanais ont constaté une baisse du niveau du service Internet, et les raisons en sont multiples, selon les spécialistes, notamment la baisse du niveau de maintenance et de service, la faiblesse des systèmes de surveillance, l’incapacité du cadre humain à les sécuriser du point de vue logistique, la baisse de l’approvisionnement des transformateurs en générateurs électriques, et la grande pénurie de carburant.

Et une source bien informée dans le secteur des télécommunications du pays a confirmé qu’ « Ogero ainsi que les sociétés de transmission d’informations et les services Internet privés paient une grande partie de leurs dépenses de fonctionnement en dollars, et ils sont exposés à de grandes pertes financières, ce qui conduira à une situation très dangereuse, à savoir l’effondrement de l’ensemble du système de télécommunications au Liban, ainsi qu’une coupure complète de l’Internet. »

A son tour, le directeur général d’Ogero, Imad Kreidieh, a déclaré à Sky News Arabia : « Nous travaillons sur les procédures légales d’achat de carburant pour maintenir et faire fonctionner le réseau afin que la période des fêtes passe bien, et que le service internet soit sécurisé dans toutes les régions pendant la période des fêtes et les jours qui suivent. »

En outre, Kreidieh a ajouté : « Ogero et le ministère des télécommunications ont commencé à travailler sur des études spéciales concernant l’augmentation du tarif des abonnements aux services Internet, mais la décision finale d’augmenter les prix est sous l’autorité du Conseil des ministres. »

Pour sa part, Amer Al-Tabsh, expert en technologies de l’information et des télécommunications, a déclaré à Sky News Arabia : « Nous consommons le service Internet au Liban avec environ 6 millions de dollars par an, et le montant qui doit actuellement être payé est d’environ 400 000 dollars à des sociétés étrangères, et on ne sait pas si ce montant est confiné à une société spécifique ou à plusieurs sociétés ».

Il a poursuivi : « La Banque du Liban n’a aucun problème pour transférer le montant, mais sur le prix officiel de la plate-forme, et entre le prix de la plate-forme et le prix du marché, il y a une différence d’environ 7 mille livres libanaises, et cela entraîne de grandes pertes pour les sociétés Internet, et ils ne sont pas d’accord avec cette solution, et en attendant qu’une solution soit trouvée, le ministre des Communications suit ainsi qu’Ogero Telecom, le dialogue, et nous ne savons pas s’il y aura une solution à ce problème dans les deux prochains jours. »

L’expert en télécommunication a averti que les entreprises étrangères alimentant le Liban pourraient avoir recours à la coupure du service après avoir donné un avertissement préalable, sachant que nous n’avons reçu aucun avertissement jusqu’à présent, mais c’est le droit des entreprises.

La solution, selon lui, est que « la Banque du Liban transfère les fonds nécessaires aux entreprises, indépendamment du taux de change du dollar, et sans encourir de pertes pour les entreprises afin que le coût pour elles n’augmente pas et qu’elles prennent à leur tour l’initiative d’augmenter les abonnements pour les citoyens. »

    la source :
  • Sky News Arabia