SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 September 2021, Tuesday |

Le ministère de la Santé cherche un moyen pour rendre le médicament iranien au meilleur prix?

De larges réactions provoquées par la possibilité que des médicaments iraniens entrent au marché libanais.Des informations de presse, considèrent que la levée des subventions sur les médicaments est selon un plan visant faire l’obtention des médicaments aux nouveaux prix impossible, de sorte que le médicament iranienne sera l’alternative, et il sera distribué à travers « Chahid » et « Atlas » entreprises appartenant au Hezbollah.

Sous prétexte de hausse des prix et de fournissement des médicaments manquants, le ministre par intérim de la Santé publique Hamad Hassan a annoncé l’octroi de la licence d’urgence pour importer et fabriquer le médicament localement.

Les informations diffusées indiquaient qu’au cours des derniers mois, des préparatifs ont été faits grâce à centaines licences accordées à des entreprises iraniennes et à des usines locales liées au Hezbollah,et de meme liées au conseiller du ministre des Sciences pharmaceutiques, Riad Fadlallah.

De même, la levée des subventions et la fixation des prix avaient précédé l’octroi par Hassan de licences d’importation pour plus de 120 types de médicaments iraniens à Fadlallah, et les licences sont toujours au ministère de la Santé et comprennent des médicaments traitant la pression, le diabète, les allergies et inflammation.. En plus de lui accorder une licence pour fabriquer des dizaines de médicaments de divers types, sachant que les médicaments iraniens qui ont obtenu une licence de fabrication locale n’étaient pas inclus dans la nouvelle liste de prix, alors cela se produit dès que le problème des pénuries et des prix élevés se pose.

Dans ce contexte,le chef de la commission parlementaire de la santé, le député Assem Araji,a expliqué à « Al-Markazia » que » le Comité de Santé va faire face à toute décision d’introduction d’un médicament ne répondant pas aux conditions scientifiques, de recherche, de qualité et de qualité. »

Il a souligné que « les sanctions américaines incluent les médicaments iraniens, et la Banque du Liban ne peut pas accorder l’argent nécessaire pour les importer. Même le pétrole iranien n’a pas été importé à cause des sanctions. »

Araji a confirmé que « Si nous constatons qu’il y a des autorisations suspectes, nous convoquerons le ministre de la Santé pour en discuter avec lui au sein du Comité de la santé, et bien sûr des enquêtes seront menées sur toute décision illégale. »

Il a souligné que « les médicaments syriens sont passés en contrebande à travers les zones frontalières, en particulier dans la Bekaa, où les gens les achètent parce qu’ils sont moins chers. »

Concernant le début de la levée des subventions sur les médicaments et les démarches du ministère de la Santé dans ce contexte, Araji a estimé que la contrebande tant qu’elle existera et tant que la monnaie nationale se détériorer, les solutions ne seront pas utiles si un gouvernement n’est pas formé et le recours aux Fonds monétaire international et les organisations internationales n’est pas fait. »

De même, des sources informées des données du dossier médicaments des iranien,ont constaté qu’ »il n’y a pas encore de preuves tangibles à notre disposition, mais il existe des documents qui doivent faire l’objet d’une enquête. »

Elles ont ajouté: »Si nous analysons les résultats et les solutions du ministère de la Santé à la crise nous sentirons un doute.Elles ont demandé: « Pourquoi la subvention est-elle levée de 50 %, et non pas de 100 %?Pourquoi une partie des médicaments est-elle facturée au taux de change de 12 000 LBP, alors que les médicaments chroniques reçoivent toujours une subvention de 100 % au taux de change de 1 500 LBP?Le sujet est illogique, ce qui rend l’achat de médicaments iraniens plus approprié que le médicament turc, car il est plus cher, et pour être sûr du problème, nous devons connaître les prix des médicaments iraniens et syriens par rapport au taux de change. »

Les sources ont estimé que « le ministère de la Santé cherche un moyen pour rendre le médicament iranien au meilleur prix et disponible en quantité suffisante pour se lancer dans la spéculation dans le secteur public tel que l’armée. »

    la source :
  • Almarkazia