SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

Le ministre de la Justice commente le refus de certains juges de travailler dans les commissions d’inscription…

Le ministre de la justice, le juge Henry El-Khoury, a suivi cet après-midi au ministère de la justice, et au cours de deux réunions successives, avec les juges à la tête des commissions d’inscription supérieure et primaire, le déroulement du processus électoral qui aura lieu la prochaine Dimanche. Certaines questions logistiques ont été discutées.

Il a souligné que « nous sommes face à un processus électoral qui impose de grandes responsabilités à chacun, en particulier au corps judiciaire, qui jouera un rôle important. »

Il a ajouté: « Nous nous tenons aux côtés du ministre de l’Intérieur comme du ministère de la Justice et des juges pour achever ce processus que nous espérons qu’il se déroulera dimanche prochain avec succès, et ma rencontre d’aujourd’hui avec les juges s’inscrivait dans le cadre de la répondre aux questions qui doivent être discutées avec eux afin de résoudre certains des problèmes auxquels est confronté le processus électoral ».

A une question sur la responsabilisation des juges pour entrave au processus électoral par le refus de certains d’entre eux de travailler dans les commissions d’inscription, il a répondu: « Un certain nombre de juge ont déposé des demandes d’exemption, et leur nombre n’est « pas négligeable ». Un remplacement a eu lieu pour les juges qui ont demandé d’être exemptés de ces fonctions, et j’ai coopéré avec le Conseil supérieur de la magistrature à cet égard, et des remplaçants ont été obtenus, dont les noms ont été suggérés au ministre de l’Intérieur, et nous n’avons pas laissé de place pour que cette question constitue un obstacle au retardement du processus électoral. »

Concernant les préparatifs du ministère de la Justice, il a déclaré: « Le système judiciaire est prêt et il n’y a aucun problème. Il y a une question dont nous avons également parlé, qui est la demandes des juges d’avoir des assistants à leurs côtés, notamment dans les palais de justice, car ils sont plus concernés que d’autres par ce processus, et j’ai demandé à chaque juge de citer des noms pour les revoyer au ministre de l’Intérieur afin qu’ils soient inscrits sur les listes des noms qui participeront au processus électoral. »

Il a poursuivi: « Le nombre de juges qui participeront au processus électoral est de 159 juges qui dirigeront les commissions d’inscription primaires et 60 juges dans les commissions d’inscription supérieures, en plus des juges d’inscription secondaires. »