SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Le Ministre de l’Agriculture : Il n’y a pas de crise au Liban, mais certains prix du blé seront plus élevés !

Le ministre de l’Agriculture, le Dr Abbas Hajj Hassan, a souligné que « le panier alimentaire au sens général est le premier pas et la première étape vers la sécurité alimentaire. » Il a précisé : « Quand nous disons le panier alimentaire, nous désignons tous les besoins quotidiens des citoyens, nous parlons de l’huile, du sucre, du blé, de la farine, des légumes et des fruits. »

Dans une interview télévisée, le ministre a révélé que « tous ces éléments seront étudiés mardi prochain lors de la session ministérielle du Comité de la sécurité alimentaire pour déterminer les capacités du gouvernement à assurer pleinement le panier alimentaire, et ainsi vérifier la question du blé et dans quelle mesure il est importé. Le ministre de l’Agriculture a assuré les citoyens qu’il n’y a pas de crise aujourd’hui au Liban et que les choses vont bien, mais certains prix du blé seront légèrement plus élevés, et c’est une chose très naturelle car il y a une crise mondiale et tout le monde le sait. »

Il a poursuivi : « Le ministre de l’économie a rassuré le Cabinet et le président Mikati a confirmé cette question, et aujourd’hui le ministère de l’agriculture établit un plan de base national pour la production, la culture, et le stockage du blé, et par conséquent le gouvernement libanais s’y conformera également ».

Aussi, Hajj Hassan a souligné que « le principal travail aujourd’hui est de s’assurer qu’aucun des produits alimentaires de base ne soit perdu sur le marché, et c’est la base et l’objectif que le gouvernement s’efforce d’atteindre. »

Et au sujet des prix élevés des légumes, notamment des concombres et des tomates, Hajj Hassan a souligné que « la vague de froid qui a frappé le Liban a retardé la présence de certains produits qui sont normalement présents à cette époque de l’année sur les marchés, plus précisément dix jours avant cette saison, mais les importations de Syrie, de Jordanie et d’autres pays arabes se poursuivent », révélant que « le taux de change du dollar par rapport à la monnaie libanaise a constitué un obstacle à la présence de grandes quantités de produits libanais. »

Il a promis aux citoyens, au nom du ministère de l’Agriculture, qu’ « il y aura des produits importés de l’étranger en double quantité, surtout au début du mois de Ramadan, afin qu’il n’y ait pas d’augmentation des prix, car les prix sont aujourd’hui très élevés, et donc nous espérons et aspirons à réduire ces prix en parallèle avec l’aide des forces de sécurité, du ministère de l’Économie et de toutes les instances concernées. »

Enfin, le ministre de l’Agriculture a conclu : « Hier, j’ai approuvé que plus de mille tonnes de légumes de toutes sortes soient importées de Syrie et de Jordanie. Cette affaire établit une réduction des prix, mais je reviens pour dire que le travail du ministère de l’agriculture ne suffit pas à lui seul, il y a des efforts concertés, du ministère de l’économie sur le sujet du contrôle des prix, ainsi que du ministère de l’intérieur et des forces de sécurité. »