SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 October 2022, Saturday |

Le ministre des Finances: La réforme des marchés publics est essentielle pour nous

Le ministre des Finances, Youssef Khalil, a annoncé que la réforme des marchés publics offre de sérieuses opportunités pour la mise en œuvre effective de ces principes.

Il a déclaré lors du lancement de la stratégie nationale de réforme des marchés publics au Liban, sous les auspices du Premier ministre Najib Mikati, au palais du gouvernement: « Ce principe exige une planification préalable des dépenses, et une vision à moyen terme intégrée dans le budget de chaque entité d’achat dans l’état ».

Il a souligné que « la réforme des marchés publics, pour nous, est la base pour réformer la manière dont l’État parvient à dépenser ses ressources financières ».

Il a ajouté: « Nous voici aujourd’hui avant l’entrée en vigueur de la loi en juillet de cette année ».

Il a appelé tous les partenaires à fournir un soutien coordonné pour mettre en œuvre les étapes de mise en œuvre identifiées par la stratégie de réforme des achats, dont les plus importantes sont:

– Premièrement: Approuver les décrets complétant la loi et proposer des amendements aux autres lois y afférentes.

– Deuxièmement: donner des instructions à la portée des personnes concernées.

– Troisièmement: Renforcer les capacités nationales par la formation de tous les employés de l’État et de ses institutions, municipalités et fédérations, et de tous les organismes et entreprises qui dépensent l’argent public.

– Quatrièmement: Exploitation de la plate-forme électronique centrale qui constitue l’épine dorsale du nouveau système.

– Cinquièmement: Renforcement de l’organe de régulation: l’Autorité des Marchés Publics.

– Sixièmement: Établir et soutenir la Commission des objections, qui est le garant des droits des objecteurs selon les fondements nouveaux et modernes de la plainte et de l’objection.

En plus, bien sûr, des autres axes identifiés par la stratégie, qui contribueront effectivement à réaliser des économies et à stimuler les petites et moyennes entreprises, comme les pays qui nous ont précédés.

Et de poursuivre: «Pour notre part, nous travaillerons avec le Président, à condition que cette stratégie soit approuvée en Conseil des ministres, et que des mesures concrètes soient mises en pratique, avec des priorités, un suivi et un contrôle ».