SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2023, Saturday |

Le « Mouvement Amal » :des discours et des déclarations qui contiennent l’absence de l’intérêt national

Le Bureau politique du Mouvement Amal a tenu sa réunion périodique dirigée par Hajj Jamil Hayek et en présence des membres. La réunion a examiné les conditions politiques, économiques et sociales. Après la réunion, la déclaration suivante a été publiée :

Le Liban est plongé dans un tourbillon de gros titres à tous les niveaux politiques, économiques, sociaux et sanitaires qui épuisent les citoyens et leur font sentir qu’ils sont livrés à leur destin dans un pays où les gens font des files humiliantes devant les stations-service, ou mendient pour une pilule pour un patient, ou sont à la recherche d’un hôpital où les fournitures médicales manquent, malgré la facture élevée des soins médicaux et hospitaliers, et les citoyens s’efforcent de rechercher des produits alimentaires de base (subventionnés) qui ont été perdus dans les magasins, alors même que les commerçants les monopolisent dans leurs entrepôts, et que les centrales électriques déversent leurs derniers stocks de fioul, menaçant le pays de se noyer dans l’obscurité et stoppant tout ce qui touche à la nécessité de sécuriser l’électricité pour sa continuité : des communications Internet et tout appareils électriques dans les usines, les institutions et les maisons, tout cela, et les ministres intérimaires s’abstiennent volontairement de leurs rôles de surveillance et de responsabilité et prennent des mesures juridiques contre les monopoleurs qui déclarent ouvertement et ouvertement leur monopole et leur stockage de matériaux subventionnés ou non pris en charge, et ils sont fiers d’avoir réalisé des gains énormes au détriment de la douleur et de la pauvreté des citoyens. Même la carte de financement promise au citoyen n’est pas encore bouclée et n’a pas été étudiée ni convertie en projet de loi, comme si la situation pouvait se payer le luxe de perdre du temps et de retarder l’arrêt de l’hémorragie galopante à tous les niveaux. Le Bureau politique du Mouvement Amal a estimé que ce qui s’est passé aujourd’hui au Parlement, concernant l’adoption de la loi sur le contrôle des capitaux, constitue un pas dans la bonne direction, d’autant plus qu’il perturbe ce qui est prévu la nuit pour se jeter sur les dépôts des citoyens dans banques sous les titres, noms et jurisprudence de non-demande.

Face à cette description réaliste, les responsables de la formation du futur gouvernement affrontent des discours et des déclarations (antartistes) et populistes qui n’atteignent même pas leurs intérêts ou leurs buts, et certainement absents de celui-ci l’intérêt du pays, qui a atteint le point d’effondrement et la dernière gendarmerie.

Le bureau politique du mouvement Amal confirme, encore et encore, que la patrie est suffisante pour les polémiques, l’entêtement et l’entêtement futile, d’autant plus que l’entrée principale de la porte d’entrée pour commencer à travailler pour sauver la patrie et son peuple des crises proliférantes, a été ouverte par l’Etat du Président Nabih Berri avec une initiative de sauvetage en proposant la formation d’un gouvernement qui arrête l’effondrement et s’attaque aux crises accumulées Et à la descendance que vivent les Libanais, cette initiative que l’Etat du Frère Président Nabih Berri travaille à l’activer et la dynamiser par des contacts, des rencontres et des consultations, portant la boule de feu avec confiance, fermeté et sagesse, et sortant le pays des crises dans lesquelles il s’enlise depuis des années, cette initiative que les Libanais de l’intérieur et les Arabes et internationaux de l’extérieur s’accorder sur sa validité et sa nécessité Parce qu’elle constitue l'(Initiative libanaise) fondée exclusivement sur la norme nationale, elle doit hâter les acteurs de la formation du gouvernement à répondre à l’initiative de la dernière chance sans perdre de temps, arrêter le chantage politique et fixer des quotas ministériels , comme si les gens s’intéressaient au nombre de ministres ou à leurs ministères, car à travers lui il est possible d’achever la formation du gouvernement que beaucoup attendent L’un des défis qui commence par les réformes qui permettent au Liban de restructurer son économie et ses institutions à jouer son rôle dans la lutte contre le gaspillage et Corruption et remise en marche de la roue des institutions d’une manière qui permette l’avancement du pays et construit un filet de sécurité pour le citoyen à tous les niveaux qui le protège de la peur pour l’avenir. Parce que l’alternative est une descente rapide dans le chaos et l’effondrement des services publics, conduisant à un effondrement complet. »