SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2021, Saturday |

Le pain pour 7000 livres libanaises ?

Le chef de l’association des générateurs privés, Abdo Saadeh, a indiqué dans une interview télévisée qu’ « il a été dit que la levée des subventions aux carburants sera approuvée à la fin du mois de septembre, et nous exigeons que cela ne se produise pas. Le pain coûtera 7000 livres libanaises, et je ne parlerai pas du prix de l’électricité, tout cela sera dépensé à partir de salaires qui ne sont pas suffisants pour ces paiements. »

Dans ce contexte, les crises que connaît le Liban s’intensifient de jour en jour, à tel point que la scène des files d’attente à la recherche de pain et de carburant fait maintenant partie des matins et des soirs au Liban, à l’heure où les routes sont vides de voitures, à l’exception de celles qui font la queue.

Le représentant des distributeurs de carburant au Liban, Fadi Abu Chakra, a déclaré : « Les stations au Liban ont commencé à recevoir du carburant depuis mardi, et nous nous attendons à ce que les files d’attente diminuent d’ici quelques jours, une fois que le carburant aura atteint toutes les stations. »

Il convient de noter que la Banque centrale du Liban a décidé d’ouvrir un compte temporaire pour « couvrir un soutien urgent et exceptionnel » aux importations de carburant, avec un maximum de 225 millions de dollars jusqu’à la fin du mois de septembre, afin de tenter d’atténuer la crise du carburant.

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, a déclaré, il y a quelques jours, que le gouvernement fixe le prix du carburant à 8 000 livres libanaises pour un dollar, contre 3 900 livres pour un dollar auparavant, et que la différence entre les deux prix se traduit par une perte supportée par le gouvernement libanais, dans le but d’atténuer la pénurie de carburant.