SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

Le pouvoir est éteint… et pas de solution sans compréhension

Le Hezbollah se rend compte qu’il avait l’habitude de déposer ses armes face à tous les partis et à tout Libanais qui ose affronter son projet.

Jusqu’à Jeudi dernier, dans l’incident de Tayouneh, le parti, selon des sources politiques opposées à la « Almarkazia », pariait sur sa force militaire, afin de soumettre les Libanais à ses décisions.

Après que les habitants d’Ain al-Remmaneh, avec leurs divers partis et affiliations politiques, aient décidé de laisser cette affaire à des enquêtes impartiales et à une justice équitable.

Loin des attentes dans les affrontements de Tayouneh, le premier perdant est l’État libanais.

Il est également prouvé que le parti qui revendique « l’excès de pouvoir », qui depuis 2005 constitue un « épouvantail » pour les Libanais, ne l’est plus aujourd’hui.

Il a perdu sa capacité d’imposer et de changer la réalité politique et sociale.

Une leçon que le Hezbollah est censé tirer des incidents de Tayouneh et de ses affrontements armés, c’est que le recours à la force n’est plus possible, mais qu’il retire plutôt ses journaux politiques et chrétiens d’une manière particulière.

    la source :
  • Almarkazia