SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Le syndicat des Importateurs Pharmaceutiques: Nous sommes prêts à coopérer pour arrêter tout réseau qui vend des médicaments au marché noir

Le chef du Syndicat des importateurs de médicaments et des propriétaires d’entrepôts au Liban, Karim Jbara, a souligné que « la hausse des prix des médicaments n’est pas le résultat de l’augmentation du prix des médicaments importés en devises étrangères, car son prix n’a pas augmenté, mais plutôt le taux de change du dollar contre la livre libanaise.

Ainsi, la hausse des prix des médicaments n’est absolument pas liée à l’augmentation du prix de leur achat à l’étranger, mais plutôt liée à la détérioration du taux de change de la livre libanaise.

Il a souligné, dans une interview télévisée, que « bien sûr, ces derniers temps, les médicaments qui étaient disponibles sont les médicaments non subventionnés, étant donné que l’importateur a pu les obtenir et les vendre.  »

Jbara a déclaré: « Les médicaments contre le cancer et les maladies incurables ont reçu la priorité du ministre de la Santé, Firas Abyad.  »

Il a expliqué que « maintenant, avec l’avènement de ce mois, le ministère s’est occupé des médicaments contre les maladies chroniques, après avoir réduit les subventions de 100 % à 25 %, 45 %, 65 % ou 80 %, selon le type de médicament, son utilisation et son prix.

Jabara a souligné : « Il est vrai qu’un nombre limité d’entreprises internationales se sont retirées du marché libanais.  »

Il a révélé que « ces entreprises internationales qui sont historiquement situées au Liban sont celles qui sécurisent 4 points de base, et les entreprises améliorent le niveau du secteur pharmaceutique et du secteur pharmaceutique en général grâce aux investissements qu’elles font.  »

Jbara a estimé: « La présence de bureaux internationaux au Liban lui garantit une place sur la carte des pays ciblés par les entreprises internationales, et nous permet également d’obtenir les médicaments modernes dont nous avons besoin pour traiter les patients souffrant de maladies incurables.  »

Il a souligné: « Il convient de noter que 4000 des 5000 médicaments enregistrés au Liban sont des médicaments génériques. Par conséquent, nous, en tant qu’importateurs de médicaments et nous sommes intéressés par l’importation de médicaments génériques, et nous sommes intéressés par l’importation de médicaments de marque.  »

Jbara a déclaré: « Nous considérons que le trafic des médicaments sur le marché noir est une violation flagrante de la loi, et nous cherchons à le combattre.  »