SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2022, Friday |

Le Syndicat des propriétaires de stations-service : Nous refusons de fixer le prix de l’essence sur la base du taux de change du dollar au marché noir

Le Syndicat des propriétaires de stations-service a annoncé aujourd’hui dans un communiqué que, après avoir « consulté les membres du Syndicat avec le secrétaire Hassan Jaafar », il « rejette catégoriquement la fixation du prix de l’essence sur la base du taux de change du dollar au marché noir . Les propriétaires des stations ne sont pas des changeurs de monnaie, sachant que la politique de tarification quotidienne n’a pas été approuvée lorsque le dollar a augmenté. »

Le syndicat a ajouté : « Nous, en tant que syndicat, avons de grands reproches à faire à la Direction générale du pétrole et au ministre de l’Énergie en particulier, en raison de l’émission d’un tableau des prix deux fois en un jour, d’autant plus que les sociétés importatrices de pétrole dépendent encore du premier prix dans la vente des marchandises et ont considéré que le nouveau prix entrera en vigueur à partir de demain, c’est-à-dire, à partir de lundi prochain, cela signifie, que vous adoptez une politique de casse des stations et de leurs propriétaires. Cette politique est incompatible avec les politiques précédentes, car nous, propriétaires de stations, n’avons pas oublié comment vous avez vidé nos entrepôts et empêché les entreprises de livrer de l’essence avant la hausse des prix, alors que ferez-vous pour la baisse d’aujourd’hui ? »

Et il a conclu : « En tant que propriétaires de stations, nous tenons à assurer la marchandise au citoyen, mais qui nous protégera de la perte et de la faillite ? D’autant plus que nous n’avons pas reçu la marchandise des sociétés importatrices au nouveau prix, et que le calendrier a été publié ce soir, vendredi, et que les sociétés sont fermées à la fin de la semaine. N’est-ce pas la preuve de la faillite du ministère de l’énergie ? Cette question est posée à Son Excellence le Ministre de l’énergie, car nous lui demandons d’augmenter les redevances pour que nous puissions continuer compte tenu des prix et des salaires élevés, et autres. »