SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Le veto du « Tandem chiite » perturbe le travail du gouvernement…

Le gouvernement chargé de trouver des solutions aux crises libanaises ne s’est pas réuni depuis des jours, et il se peut qu’il ne se réunisse pas à nouveau en raison du veto Tandem chiite.

Alors que ses ministres et comités tiennent de nombreuses réunions, toutes jusqu’à présent n’ont aucun sens.

Au milieu de cette atmosphère stressante et peu rassurante, le directeur exécutif du Fonds monétaire international, représentant le groupe des pays arabes, dont le Liban, au conseil d’administration du Fonds, Mahmoud Mohieldin, a atterri au Liban, en visite visant à discuter les priorités des hauts responsables libanais dans les domaines social, humanitaire, économique et financier dans le cadre du plan de relance.

Mohieldin a rencontré le Président Michel Aoun, le Président du Parlement Nabih Berri, et le Premier Ministre Najib Mikati, et son agenda comprend initialement le Vice-Premier Ministre et Président du Comité de négociation avec le Fonds monétaire international, Son Excellence Al-Shami, Ministre des Finances Youssef Al -Khalil, Ministre de l’Economie et du Commerce Amin Salam, et Ministre de l’Energie Walid Fayyad et Gouverneur de la Banque du Liban Riad Salameh.

Dans une interview à l’agence de presse du Moyen-Orient, Mohieddine, avant son arrivée à Beyrouth, a confirmé que « l’existence d’un gouvernement avec les pleins pouvoirs est une condition préalable à l’ouverture de négociations entre le Liban et le FMI ».

Il a souligné que « la conclusion d’un accord entre l’Etat libanais et le fonds signifie que le Liban obtient des financements, et cela lui ouvre également la porte pour obtenir d’autres financements d’organismes et d’institutions internationaux ».

Qu’auraient pu dire les responsables libanais à la délégation internationale ?

Le sort du Liban, du gouvernement et le sauvetage économique promis resteront-ils les otages du Tandem chiite?

Les soutiens étrangers et internationaux dont dépendent le président de la République et Mikati sont éliminés de manière anticipée.

Peut-être qu’ils le remplaceront par certains des réservoirs de carburant en provenance d’Iran, que la sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland a décrit comme des bulles?

La réponse est peut-être avec le chef du Parti socialiste, Walid Joumblatt, qui s’est rendu hier soir à Ain al-Tineh, exhortant le gouvernement à reprendre ses sessions et appelant à un « règlement » judiciaire satisfaisant pour le parti et le mouvement.

    la source :
  • Almarkazia