SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

«L’électricité revient à L’UNESCO . » Et une minute de silence pour les âmes des martyrs de l’explosion de Tleil

Le courant électrique est revenu au Palais de l’UNESCO après sa coupure, et la session de la Chambre des représentants a commencé à donner confiance au gouvernement.

Un fonctionnaire a réussi à obtenir un réservoir d’essence pour remplir les générateurs du Palais de l’UNESCO.

Avant la réunion, le Président Nabih Berri a demandé une minute debout sur le confort des martyrs de la nuit.

Voici le texte de la déclaration ministérielle approuvée lors de la réunion du Cabinet tenue le 16 septembre au Palais présidentiel sous la présidence du Président Michel Aoun.

Parmi les points saillants de la déclaration figurent le suivi des travaux sur le retour des Syriens déplacés, le renforcement de la communication avec la communauté internationale pour contribuer au fardeau du déplacement et la reprise immédiate des négociations avec le Fonds monétaire INTERNATIONAL (FMI) pour parvenir à un accord sur un plan de soutien du FMI.

La déclaration prévoit également l’élaboration d’un plan de réforme et de restructuration du secteur bancaire là où cela est nécessaire, et de stimuler le cycle économique afin de contribuer au financement du secteur privé avec des avantages encourageants tout en donnant la priorité à la garantie des droits et des fonds des déposants, en plus de renégocier avec les créanciers pour convenir d’un mécanisme de restructuration de la dette publique.

La déclaration parle également de la détermination à corriger les traitements et salaires dans le secteur public, parallèlement à l’activation du Comité de l’indice et des mesures nécessaires en vue de corriger les salaires dans le secteur privé.

La déclaration fait référence à la fermeture des passages illégaux, au renforcement du contrôle de la légalité, à la réduction de l’évasion fiscale et à la modification de la Loi sur la comptabilité publique.

En ce qui concerne le soutien, il parle de diriger la politique de soutien actuelle, de la limiter à ses bénéficiaires de citoyens résidents libanais et d’aller vers une politique sociale capable de combler les écarts sociaux.