SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 October 2021, Sunday |

L’enquêteur judiciaire lancera les interrogatoires des politiciens et du personnel de sécurité la semaine prochaine

« Sawt Beirut International » a appris de sources proches de l’enquêteur judiciaire dans l’affaire de l’explosion du port de Beyrouth, le juge Tariq Al-Bitar, que ce dernier lancera la semaine prochaine une série d’interrogatoires qui inclura une liste de suspects, y compris des politiciens, des membres de la sécurité et des militaires, pour le crime de « possible intention » et les délits de négligence et d’imprudence, sans divulguer sur les dates des interrogatoires et les noms de ceux qui comparaissent devant lui, respectivement, en raison des risques de sécurité.

Dès lundi prochain, le bureau du juge Al-Bitar sera encombré par les accusés et leurs mandataires, et des sources accompagnant l’évolution du dossier ont indiqué que l’enquêteur judiciaire « ne va pas rester les bras croisés en attendant la décision du parlement, et se prononcer sur les demandes de levée d’immunité des représentants Ali Hassan Khalil, Ghazi Zuaiter et Nohad al-Machnouk, ni donner l’autorisation de poursuivre les généraux de division Tony Saliba et Abbas Ibrahim, mais commencera par l’interrogatoire des accusés qui ne sont pas couverts par les immunités parlementaire, syndicale et fonctionnelle, notamment le premier ministre intérimaire, Hassan Diab, l’ancien chef de l’armée Jean Kahwagi et des officiers retraités des services de renseignement de l’armée. »

Et quant à savoir si la liste des allégations s’arrête à ce stade, les sources accompagnant l’enquête ont affirmé à « Sawt Beirut International », que « les allégations qui ont été émises vendredi dernier ne sont pas définitives, bien qu’elles soient les plus larges et les plus complètes, mais entraîneront une nouvelle liste à la lumière des preuves et des données produites par les enquêtes. » « Toute personne qui était au courant de la présence de nitrate d’ammonium dans le port supportera les conséquences juridiques de sa négligence », ont-ils-ajouté.

Les sources ont commenté le fait que les représentants Ali Hassan Khalil et Ghazi Zuaiter ont exprimé leur volonté de venir au bureau du juge Bitar et de l’aider avec les informations dont il a besoin sans attendre la levée de leur immunité, qu’ Al-Bitar « n’a demandé à aucune de ces personnes de témoigner, ni de l’aider, et qu’il ne recevra aucun des représentants susmentionnés avant la levée de l’immunité parlementaire et professionnelle. »

Pour sa part, le procureur judiciaire dans le crime de l’explosion du port, le juge Ghassan Al-Khoury, a commencé à préparer son examen juridique sur le livre de l’enquêteur judiciaire, dans lequel il a demandé au parquet général de la Cour de Cassation de poursuivre deux juges de « questions urgentes » pour leur responsabilité de ne pas prendre une décision pour éliminer le nitrate d’ammonium en dépit de leur réception. Correspondance à cet égard, Al-Khoury a fait référence au Parlement par le biais du ministère de la Justice la demande d’ Al-Bitar dans lequel il a demandé la levée de l’immunité de représentants Ali Hassan Khalil, Ghazi Zuaiter et Nohad Al-Machnouk.

Il a également envoyé au barreau de Beyrouth une demande d’autorisation de poursuivre Khalil et Zuaiter, et au barreau de Tripoli une demande d’autorisation de poursuivre l’ancien ministre des Travaux publics, Youssef Fenianos, en tant qu’avocat.
Enfin, Al-Bitar a demandé à la présidence du Conseil des ministres l’autorisation de poursuivre le directeur général de la sécurité de l’État, le général de division Tony Saliba, et au ministère de l’Intérieur l’autorisation de poursuivre le directeur général de la sécurité publique, le général de division Abbas Ibrahim.

    la source :
  • Sawt Beirut International