SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Les activités du projet de soutien des Pays-Bas aux agences frontalières libanaises sont terminées

Le projet de soutien aux Pays-Bas pour les agences frontalières libanaises a conclu ses activités après trois années de succès dans un événement hybride qui a combiné la participation directe et à distance des principaux partisans et partenaires du projet.

La phase susmentionnée s’est concentrée sur le renforcement de l’École de formation du régiment des frontières terrestres, afin de devenir un centre régional de premier plan dans le domaine de la formation professionnelle liée à la gestion intégrée des frontières.

La cérémonie a eu lieu au Club des Officiers de l’Armée Libanaise à Yarzeh.

Le projet néerlandais a mis en œuvre, dans ce domaine, plus de 150 activités impliquant 1798 participants de diverses agences frontalières, universités et écoles sur tout le territoire libanais.

Lors du discours d’ouverture, prononcé par le Président du Bassin méditerranéen, au Centre international pour le développement des politiques migratoires (ICMPD) à Beyrouth, Julien Simon, a noté que « le travail qui a été réalisé au cours de cette phase du projet néerlandais, est l’exemple le plus marquant de coopération entre le Centre international pour le développement des politiques migratoires (ICMPD) à Beyrouth. Les politiques d’immigration à Beyrouth et au Liban, dont nous célébrons cette année le vingtième anniversaire de sa création. »

Pour sa part, le général de brigade Afif Saleh a salué le projet, notant que « les unités militaires, notamment frontalières, déployées le long des frontières nord et est ont acquis une nouvelle capacité avancée en termes d’efficacité humaine et d’équipement.

Il s’agissait notamment de soutenir l’école de formation des régiments frontaliers terrestres avec des capacités logistiques et techniques modernes, d’élever le niveau d’efficacité des formateurs et de les informer des derniers moyens de formation sur le contrôle des frontières et la lutte contre la contrebande et les infiltrations illégales.