SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 September 2021, Tuesday |

Les autorités libanaises ont expulsé le correspondant en chef de Reuters Suleiman Al-Khalidi… Quelle en est la raison?!

Les autorités de sécurité publique de l’aéroport international Rafic Hariri-Beyrouth ont expulsé le correspondant en chef de Reuters, Suleiman Al-Khalidi, après l’avoir interrogé à l’aéroport, a annoncé le Centre SKeyes pour la défense des libertés médiatiques et culturelles sur son compte Twitter.

Dans les détails, Reuters a annoncé, vendredi dernier, que la Sécurité générale libanaise a expulsé son correspondant principal en Jordanie et en Syrie, Suleiman Al-Khalidi, vers la Jordanie le 3 août, après l’avoir interrogé à son arrivée à l’aéroport de Beyrouth en mission de presse, et ils lui ont également demandé de remettre son ordinateur et son téléphone portable mais l’ont refusé.

L’agence « Reuters » a déclaré dans un communiqué qu' »Al-Khalidi, un citoyen jordanien, s’était rendu à Beyrouth le 2 août, mais les agents du contrôle des passeports l’ont arrêté pour l’interroger et lui ont demandé de remettre l’ordinateur portable et le téléphone portable de l’agence, sans que les autorités ne mentionnent aucune raison pour cette demande.

« Quand Al-Khalidi a refusé de remettre son équipement, il a été emmené dans un centre de déportation avant d’être placé le lendemain dans un avion à destination de la Jordanie », a-t-elle ajouté.

Et elle a poursuivi: « Nous avons déposé notre protestation auprès des responsables du gouvernement libanais contre le traitement réservé au journaliste de Reuters Al-Khalidi, et nous demandons plus d’informations à ces autorités, qui n’ont fourni aucune explication sur les mesures qu’elles ont prises. »

Elle a expliqué que « les rapports d’Al-Khalidi sont indépendants et impartiaux conformément aux principes de confiance ».

Reuters a condamné « toutes les restrictions imposées aux journalistes qui cherchent à rapporter des informations dans l’intérêt public, et nous appelons les autorités libanaises à annuler la décision ».

La Direction générale de la sécurité générale au Liban a répondu à ce qui s’est passé, et a souligné que « la loi libanaise garantit un environnement médiatique libre, et que la décision prise par la Sécurité générale concernant Suleiman Al-Khalidi de ne pas lui accorder un permis d’entrée au Liban est une décision souveraine par excellence, relevant de l’Etat libanais et n’ayant rien à voir avec son travail, ni sa profession.

Il est à noter qu’Al-Khalidi a remporté le prix Samir Kassir dans la catégorie article d’opinion en 2012, et qu’il travaille pour « Reuters » depuis 25 ans, couvrant la Jordanie et le conflit syrien, en plus de l’Irak, du Liban, La Libye et le Golfe.