SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Les banques sont dans une phase de transition.. Le « dollar frais » est la nouvelle monnaie

Rania Ghanem
A A A
Imprimer

Le secteur bancaire est au cœur de la crise économique que traverse le Liban depuis plus de deux ans.Au temps où l’argent des déposants est toujours l’otage des circulaires de la Banque du Liban,ce secteur, qui était autrefois le pilier de l’économie, continue de lutter pour sa survie malgré les indicateurs négatifs.Le nombre de cartes de paiement bancaires émises au cours des six premiers mois de cette année a diminué de 6,5%, selon les données de la Banque du Liban.

Le désir d’emprunter a diminué

La directrice de la Banque de détail chez BLOM BANK Jocelyn Chehwan a déclaré à « Sawt Beirut International »: « L’émission de cartes de crédit a considérablement diminué cette année, car il n’y a aucun désir chez les clients d’emprunter et aucun désir chez les banques de prêter par carte de crédit. »

Selon Chehwan,la plupart des temps, le client qui a remboursé sa dette ne demande pas de nouvelle carte de crédit, même si certaines banques continuent de prêter en livres libanaises avec des intérêts allant jusqu’à 7 %.

Les cartes de débit liées aux comptes ont également connu une baisse de 7 %. Chehwan a déclaré: « Un grand nombre de clients ont décidé de quitter le système bancaire en fermant leurs comptes, mais la demande de cartes de débit en livres libanaises existe toujours et leurs détenteurs les utilisent. »

Nouveaux comptes

D’un autre côté, les banques assistent à l’ouverture de nouveaux comptes en dollars frais, selon Chehwan.Les comptes de paie en constituent une grande partie, car il existe une grande concurrence entre les banques pour ces services.Les entreprises ouvrent également des comptes courants réguliers en dollars frais, ce qui a nécessité l’émission de cartes pour les lier à ces comptes.

D’autre part,les circulaires de la Banque du Liban, notamment la circulaire 158, qui exige le paiement progressif des dépôts en devises étrangères dans les comptes ouverts avant octobre 2019 par des retraits mensuels en livres et en dollars,ont imposé l’ouverture de sous-comptes spéciaux et émission de nouvelles cartes à bon nombre de ces déposants pour pouvoir retirer des fonds.

Cartes prépayées

Le besoin des clients a créé un nouveau système de travail aux banques, qui cherchent à développer leurs services pour répondre à ces besoins, et qui ont développé un nouveau type de cartes bancaires prépayées en devise dollar. Chehwan a expliqué: « Il y a des besoins quotidiens qui nécessitent ce type de carte. Les clients paient via cette carte pour leurs achats à l’étranger et pour les services en ligne tels que Netflix et Uber et certaines dépenses en voyage. Le client met le montant qu’il souhaite sur la carte en « Fresh Dollars » et l’utilise ensuite en cas de besoin. Certains clients peuvent ne mettre que 50 ou 100 dollars. Étant prépayé, le client ne paie aucun intérêt, mais plutôt un montant environ 10 $ le coût d’émission de la carte. »

Etape de Transition

Chehwan conclut en disant que le secteur bancaire traverse une phase de transition avec un nouveau système qui répond aux besoins d’aujourd’hui.Les banques continuent de traiter les comptes en livres libanaises de la manière habituelle malgré certains contrôles imposés par la crise sur le mécanisme de retrait, tandis que les dépôts en dollars sont soumis aux circulaires de la Banque du Liban, et les comptes en dollars frais sont l’espace dans lequel les banques pratiquent leurs activités.