SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 September 2021, Tuesday |

Les campagnes visant à remettre en question le juge Bitar ne sont pas innocentes.

Sawt Beirut International
A A A
Imprimer

Le niveau des campagnes politiques visant à enquêter sur le crime de l’explosion du port de Beyrouth augmente de jour en jour, affectant directement l’enquêteur médico-légal le juge Tarek Bitar et sa crédibilité, alors que certains politiciens continuent de promouvoir des rumeurs selon lesquelles Bitar n’a pas invité certains ministres qui avaient déjà été réclamés par l’ancien enquêteur judiciaire juge Fadi Sawan, dans une tentative de confondre les Libanais.

Des sources conformes à ce dossier ont mis fin aux dimensions dangereuses de telles rumeurs, et ont confirmé à « Sawt Beirut International », que le juge Bitar « n’a exclu aucun ministre qui a été revendiqué par son prédécesseur le juge Sawan: Ali Hassan Khalil, Ghazi Zaiter et Youssef Fenianos, ainsi que le chef du gouvernement intérimaire Hassan Diab, et encore plus qu’ils ne l’ont prétendu sur l’ancien ministre de l’Intérieur Nohad Machnouk, les responsables de la sécurité, l’armée et les employés ».

« Les noms sur la liste envoyée par Sawan au Parlement, y compris les noms des anciens chefs de gouvernement et des ministres successifs des Travaux publics, des Finances et de la Justice, ne contiennent pas d’allégations à leur encontre, mais Sawan a demandé au Parlement de les tenir politiquement responsables uniquement, et non de les poursuivre pénalement comme ses politiciens le promeuvent », ont déclaré les sources.

Selon les mêmes sources, « la fréquence élevée des positions politiques et des campagnes de diffamation n’est pas innocente, mais s’inscrit dans le cadre d’un stratagème visant à saper la crédibilité du juge Bitar , à l’interroger à l’approche du moment d’interroger les politiciens accusés, et à l’encercler pour le pousser à se retirer de ce dossier, oubliant ainsi l’affaire, gaspillant les droits des victimes et de leurs familles, et perpétuant le phénomène de la criminalité en toute impunité ».