SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Les chiffres révèlent que les États arabes du Golfe « premier levier » de l’économie libanaise

Le centre progressive des études a publié une étude détaillée, en chiffres et données scientifiques, dans le but d’évaluer objectivement les impacts économiques et sociaux qui peuvent affecter le pays en général, qui peuvent affecter certains secteurs économiques en particulier à la suite de la récente crise entre le Liban et les États arabes du Golfe.

Investissements saoudiens au Liban

L’Arabie saoudite a maintenu sa position de premier investisseur au Liban, avec un investissement de près de 8 milliards de dollars en 2010 répartis dans les secteurs de l’immobilier, de la banque, du tourisme et de l’industrie.

– Investissements libanais en Arabie saoudite

Il n’existe pas de données officielles documentant la valeur des investissements libanais dans le Royaume, mais les estimations les plus basses indiquent qu’il y a des investissements d’au moins 10 milliards de dollars.

– Le golfe est la première destination pour les Libanais

Les États du Golfe, menés par l’Arabie saoudite, ont longtemps été la principale destination des Libanais souhaitant travailler, et le groupe qui s’est installé dans le Golfe à travers différentes périodes se caractérise par son âge relativement jeune et ses qualifications scientifiques et professionnelles élevées.

La grave crise dans le pays a incité des milliers de diplômés de médecins, de professeurs d’université, d’enseignants, d’infirmières et d’autres personnes à se rendre dans plusieurs pays du Golfe, principalement en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.

On estime que le nombre de Libanais vivant dans les États du Golfe est estimé comme indiqué ci-dessous:

Arabie saoudite – 200 000
Émirats arabes unis – 100 000
Koweït – 40 000
Émirat du Qatar – 50 000
Oman – 4 000
Royaume de Bahreïn – 9 000
Note : Ce recensement n’inclut pas les Libanais d’origine libanaise résidant dans le Golfe sur la base d’une autre nationalité.

Envois de fonds au Liban

Le Conseil d’affaires libano-saoudien estime que le total des envois de fonds des États du Golfe vers le Liban s’élève à environ 4,5 milliards de dollars par an, dont environ la moitié provient de la communauté libanaise en Arabie saoudite, soit environ 2,250 millions de dollars (2,25 milliards de dollars) par an, par l’intermédiaire de banques libanaises et d’institutions de transfert financier ou directement transportés avec des voyageurs.

Selon ces estimations, plus de 35% des 6,3 milliards de dollars d’envois de fonds vers le Liban par les expatriés en 2020 proviennent uniquement de l’Arabie saoudite.

– Tourisme du Golfe au Liban

Les touristes du Golfe sont depuis longtemps les principaux soutiens du secteur du tourisme au Liban, les dépenses du Golfe représentant à elles seules 65% (3,25 milliards de dollars) des revenus touristiques en 2010, qui ont dépassé 5 milliards de dollars.

En 2010, les Saoudiens étaient les premiers touristes, représentant 22% de tous les touristes.

– Exportations libanaises vers le Golfe

Entre le 1er janvier 2012 et le 31 mars 2021, les exportations vers les États du Golfe ont représenté 26% des exportations totales du Liban d’une valeur de plus de 8 027 milliards de dollars.

Quarante-cinq pour cent des exportations industrielles du Liban sont allouées au marché du Golfe.

Les catégories de légumes et de fruits représentent plus de 35 pour cent des exportations du Liban vers les États du Golfe et contribuent à l’activation du secteur agricole, qui est la première exportation vers les cinq pays du Golfe, loin du reste des pays comme indiqué ci-dessous:

Exportation de fruits du Liban du 1er janvier 2012 au 31 mars 2021

Pour évaluer le pourcentage ($)

Arabie saoudite 122 672 000 16,56 %

Émirats arabes unis 45 814 000 6,19 %

Koweït 72 980 000 9,85%

Oman 20 072 000 2,71 %

Bahreïn 14 808 000 2,00 %

Qatar 36 564 000 4,94 %

Égypte 101 185 000 13,66 %

Exportations totales vers les États du Golfe et l’Égypte 414 095 000 55,92%

Autres pays 326 462 000 44,08%

Total 740 557 000 100,00 %

Les secteurs les plus importants de la culture fruitière, tels que les raisins, les agrumes, les pommes, les cerises, les cerises, les abricots, les pêches, les crèmes et les poires, sont les premiers à exporter vers les États du Golfe et l’Égypte.

En conséquence, la perspective de fermer les portes des exportations vers le marché du Golfe laisse présager une catastrophe qui anéantira le reste du secteur agricole et conduira tous les travailleurs de ce secteur à l’extrême pauvreté et au chômage.

Assistance internationale au Liban

Les États du Golfe ont longtemps été le premier levier de l’économie libanaise, comme en témoignent les nombreux projets publics qui ont contribué à sécuriser leur financement et ont été l’un des plus importants contributeurs aux conférences internationales dédiées au soutien au Liban.

Il est très difficile qu’un plan de relance soit révélé sans une contribution directe des États du Golfe ou sans une contribution au Fonds monétaire INTERNATIONAL ou à la Conférence du Cèdre.