SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2021, Friday |

Les comités mixtes ont mis en place un sous-comité chargé d’étudier deux propositions d’organisation de la Croix-Rouge de Farsali : Hariri ne peut rester témoin de l’effondrement des institutions sans aucune réaction

Wataniya – Les commissions des finances et du budget, de l’administration et de la justice, de la santé publique, du travail et des affaires sociales, de la défense nationale, de l’intérieur et des municipalités ont tenu une session conjointe, avant midi au Parlement, sous la présidence d’Eli Farsali, et en présence d’un certain nombre de députés. Il a examiné la proposition de loi visant à utiliser et à protéger le badge de la Croix-Rouge libanaise et une autre liée à l’organisation de la Croix-Rouge libanaise.

Al , Farsali
Après la session, Al-Farsali a déclaré: « La réunion des commissions mixtes d’aujourd’hui a été consacrée à l’étude de la proposition de loi concernant la Croix-Rouge libanaise et d’une autre proposition concernant le Croissant-Rouge, bien sûr, les collègues des députés il y avait un consensus pour envoyer des mots de remerciement et de flatterie à toute la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge pour les efforts déployés soit dans la guerre contre Corona ou fait à d’autres occasions et dans d’autres catastrophes qui se sont produites au Liban. Cette institution a le Parlement et les collègues députés pour remplir la confiance, et donc après un discours dans lequel le Président de la Fondation de la Croix-Rouge a élaboré les objectifs de la proposition de loi soumise et en raison de l’exactitude de certains articles a dû aller vers la formation d’un sous-comité pour étudier la loi avec précision, dans l’espoir que la réunion se tiendra après le mois sacré du Ramadan et sera ratifiée par cette loi, deux propositions pratiques, basées sur l’étude préparée par le sous-comité présidé par M. Samir Al-Jisr, dans l’espoir qu’elles se réuniront après l’Aïd pour préparer le rapport nécessaire à l’approbation de cette loi et à son étude de l’article.

Interrogé sur la possibilité d’excuses du président désigné Saad Hariri pour la formation du gouvernement, Al-Farsali a déclaré: « L’arène est pleine de paroles et de conclusions, il y a une visite au Liban de l’envoyé du président Français, et l’Etat français a tendu la main quand il s’est abstenu de tendre beaucoup de main, cette visite doit être accueillie positivement et nous espérons qu’elle donnera quelque chose au niveau de la formation du gouvernement. « Si le gouvernement n’est pas formé dès que possible, Je comprends ces déclarations et je comprends ces conclusions même si elles incluent personnellement le président Hariri, il est donc trop tôt pour parler des possibilités dans ce domaine, mais il faut tenir compte du fait que la poursuite de la décomposition existante et l’effondrement des institutions telles que nous vivons, ne peuvent pas non plus être vues par le président désigné sans aucune réaction du tout, donc c’est une possibilité qui peut être, je ne sais pas, je n’ai pas d’informations, mais il faut en tenir compte », a-t-il dit.

    la source :
  • NNA