SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

Les détails du sauvetage d’un bateau de migration qui a quitté le Liban

Le ministère égyptien des Transports a confirmé, mardi, dans un communiqué, que le navire « Wadi Karnak », propriété de la National Shipping Company, avait contribué au sauvetage de 60 personnes bloquées sur un bateau d’immigration clandestine en Méditerranée, qui avaient quitté le Liban. .

La société holding des transports maritimes et terrestres du ministère égyptien des transports, dont relève la société nationale de navigation propriétaire de « Wadi Karnak », a indiqué que le navire se dirigeait du port de Safaga vers le port de Dunkerque en France pour transporter une cargaison de blé vers l’Égypte, lorsqu’elle a reçu une alerte du Club américain de protection et d’indemnisation « P&l club » avec des signaux de détresse d’un bateau dans la zone de navigation du navire.

Dans un communiqué publié par le cabinet égyptien sur sa page Facebook, le ministère a déclaré qu' »en conséquence, la direction de la société a donné des instructions immédiates au capitaine du navire pour qu’il modifie l’itinéraire et prenne tout le nécessaire pour sauver le bateau ».

Pour sa part, le ministre égyptien des Transports, le lieutenant-général ingénieur Kamel Al-Wazir, a remercié la direction de l’entreprise pour les efforts qu’elle a déployés pour sauver la vie des 60 personnes qui se trouvaient à bord, soulignant la fourniture de tout le soutien aux entreprise et toutes les entreprises travaillant dans ce domaine « pour restaurer la force de la flotte commerciale égyptienne. » .

Le bateau coincé pendant des jours dans la mer Méditerranée a provoqué une large polémique, dans laquelle les membres des familles des migrants ont attendu pour embarquer leurs proches, tandis que les députés libanais ont appelé à une solution.

Le général de division adjoint Ashraf Rifi a appelé l’Italie, via un tweet sur son compte Twitter, à prendre l’initiative de secourir les Libanais qui sont coincés « dans leur bateau primitif et désemparé au large des côtes maltaises et italiennes, après s’être jetés à la mer pour fuir le Liban. »

Il a appelé le ministère des Affaires étrangères et l’ambassade du Liban à Rome à nouer des contacts rapides pour éviter un nouveau drame.

« Abu Ayman » Al-Mishmshani attend des nouvelles du sort d’environ 18 membres de sa famille à bord du bateau et a déclaré dimanche dans une interview accordée au site Internet Al-Hurra qu' »environ 70 personnes combattent la mort en mer ».

Exprimant sa crainte qu’il ne leur arrive quelque mal s’ils ne se déplaçaient pas rapidement pour les sauver, il a appelé l’Etat libanais à prendre ses responsabilités pour mettre fin à la tragédie qu’ils vivent.