SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 September 2021, Monday |

Les écoles du nord-est de Baalbek ne pourront pas ouvrir leurs portes

Les directeurs d’écoles publiques, d’écoles secondaires et d’écoles et instituts techniques publics de la région nord-est de Baalbek, ont tenu une conférence de presse à Ras Baalbek, après une série de dialogues sur l’éducation formelle dans la région nord-est de Baalbek.

Le professeur, Sadiq al-Hujairi, s’est exprimé et a déclaré que « l’année scolaire dans les écoles du nord-est de Baalbek est menacée.  »

Il a poursuivi: « Les écoles ne pourront pas ouvrir leurs portes tant que les demandes des enseignants ne seront pas satisfaites et que les ingrédients pour la rentrée scolaire ne seront pas réunis. »

Il s’est adressé au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur et a appelé lui et le gouvernement à « tirer des solutions efficaces aux crises vivantes, économiques et inflationnistes qui affligent les écoles, ainsi que les enseignants et les parents ».

Il lui a fait des recommandations, notamment : « corriger les salaires et les traitements, obtenir du carburant pour le transport à un prix subventionné, obtenir du mazout de chauffage et soutenir les fonds des établissements d’enseignement pour garantir les dépenses de fonctionnement.  »

Il a poursuivi: « Ainsi que le transfert des cotisations de fonds. »

Il a déclaré: « En plus de sécuriser les ingrédients pour absorber les nouveaux étudiants, entretenir les anciens bâtiments, équiper les nouveaux et travailler à la construction de nouveaux bâtiments pour remplacer les bâtiments actuellement loués qui ne conviennent pas à l’éducation. »

Il a ajouté: « Fournir des équipements logistiques, bureautiques et administratifs, organiser la contractualisation, mettre en place des formations pour les enseignants et les enseignants dans leurs centres de travail, proposer un avenant au système d’éducation mixte, le nombre d’heures d’enseignement hebdomadaire à 21, les journées d’enseignement à 3 jours par semaine, en rotation entre deux groupes, et en mettant à jour et en développant les programmes d’enseignement. »

Al-Hujairi a conclu: « Si des solutions à ces demandes ne sont pas trouvées, il est certain que l’année scolaire ne pourra pas commencer dans les écoles publiques. «