SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 August 2022, Monday |

Les enquêtes du port de Beyrouth sont suspendues…

Le dossier de l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth est dans une nouvelle spirale, et le dossier risque d’être inondé avec une longue période de retard.

C’est le résultat d’une action en justice déposée par les représentants Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaiter contre le président de la première chambre de la Cour de cassation, le juge Naji Eid.

Il est à noter que le président du Conseil supérieur de la magistrature, le juge Suhail Abboud, à son retour dans ses fonctions après s’être remis de la pandémie de Corona, s’est empressé d’affecter la deuxième chambre de la Cour civile de cassation, dirigée par le juge Rola Al-Masry.

Afin d’examiner le cas de la réponse du juge Eid, les avocats de Khalil et Zeaiter se sont empressés de remettre au greffe de la Cour de cassation une copie de la décision assignant la Cour égyptienne de l’affaire à statuer sur l’affaire de la révocation d’Eid.

En conséquence, ce dernier a été contraint de suspendre toutes ses procédures liées au procès pour disqualifier Bitar, en attendant la publication d’une décision d’accepter ou de rejeter la demande de rejet de Eid.

L’équipe de défense de Khalil et Zuaiter considère que le juge Eid « manque d’impartialité et n’est pas qualifié pour examiner le procès contre Al-Bitar ».

Cela a incité les agents de Khalil et Zeaiter à déposer une plainte devant la Commission d’inspection judiciaire, qui est encore sensée jusqu’à présent.

Les références juridiques admettent que ces poursuites « vont approfondir et allonger l’enquête sur le dossier du port ».

L’Autorité générale de la Cour de cassation s’est réunie aujourd’hui, présidée par le juge Suhail Abboud, et a débattu de ses dossiers en suspens.

Le plus important d’entre eux est le procès intenté par l’ancien ministre Youssef Fenianos, pour poursuivre l’État libanais pour les graves erreurs commises par le juge Bitar, à la suite de l’émission d’un mandat d’arrêt par contumace contre lui.

En plus de ne pas tenir compte des défenses formelles présentées par lui, qui parlent de la poursuite exclusive des ministres au Conseil suprême pour le procès des présidents et des ministres.

Une source bien informée a déclaré à « Sawt Beirut International » que l’Autorité générale de la Cour de cassation rendra sa décision dans le procès de Fenianos demain.

Elle a souligné que « cette pondération est basée sur un fait important, à savoir que le membre de la commission, le juge Roukoz Rizk, prendra sa retraite mercredi 12 de ce mois, et la commission perdra le quorum.

Et la nomination de nouveaux membres aux postes vacants nécessite des formations judiciaires inscrites sur la liste du Président de la République depuis deux ans.  »

    la source :
  • Sawt Beirut International