SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Les familles des martyrs des attentats déposées devant le Tribunal spécial : Arrêter le travail du tribunal est un deuxième assassinat

Les familles des martyrs des attentats terroristes dans les affaires de l’assassinat de George Hawi et des deux tentatives d’assassinat de Marwan Hamadeh et Elias Murr, qui sont examinées par le Tribunal spécial pour le Liban, ont tenu une conférence de presse, ce matin, à le Syndicat de la presse, dans lequel ils ont évoqué les « développements récents survenus dans les procès en ce qui concerne les affaires liées au tribunal. » spécial ».

Nara Hawi
Le début de l’hymne national, puis Nara George Hawi a prononcé un discours dans lequel elle a déclaré : « Après avoir été informés que le Tribunal spécial pour le Liban a annulé l’ouverture des procès dans notre affaire en raison du manque de financement jusqu’après juillet prochain, nous a appelé aujourd’hui les familles des martyrs George Hawi, Ghazi Abu Karum, Khaled Mora, et les victimes affectées dans l’affaire de l’assassinat du martyr George Hawi et des deux tentatives d’assassinat du professeur Marwan Hamadeh et Elias Murr, à confronter ceux qui tuent la justice pour empêcher le procès des vrais tueurs et ne pas révéler la vérité, et qui entravent le cours de la justice dans ces assassinats.

Elle a ajouté : « Lorsque l’affaire a atteint le stade du procès devant le Tribunal international, la communauté internationale a serré la main du tribunal, au milieu de l’indifférence du gouvernement libanais et des dirigeants politiques.

Elle a souligné que « le principe d’égalité entre martyrs et victimes nécessite de traiter notre cas, comme ce fut le cas avec le martyr Rafik Hariri ».

« C’est humiliant pour la communauté internationale de mettre en place un tribunal et de l’abandonner soudainement lorsqu’elle examine des cas autres que l’affaire Hariri », a-t-elle déclaré.

Elle a demandé : « La communauté internationale n’est-elle pas responsable de la mauvaise gestion du tribunal ? Les pays influents ne sont-ils pas ceux qui nomment le greffier, les juges, le procureur et le chef du bureau de la défense ?
Pourquoi blâmez-vous les victimes pour les conséquences de vos mauvais choix et de votre faible contrôle sur le travail du tribunal ?

Elle a déclaré : « Nous étions par l’intermédiaire de nos représentants légaux auprès du Tribunal spécial pour le Liban, qui ont écrit au Secrétaire général des Nations Unies, M. Antonio Guterres, le 16 décembre 2020, après que les principaux représentants ont alerté les personnes concernées que le financement de la Tribunal constituerait un obstacle à la poursuite du procès. »

Elle a ajouté : « Ici, nous devons préciser que nous avons demandé au Secrétaire général des Nations Unies d’exempter le Liban de sa contribution en raison de la situation économique, et nous lui avons demandé de recourir au financement de la part du Liban par une avance décidée par les Nations Unies. Assemblée générale des Nations Unies Oui, nous avons demandé d’exempter le Liban de sa contribution car c’est le seul pays qui contribue au financement de sa propre cour internationale.
Le Secrétaire général a répondu gracieusement, mais l’avance qui a été approuvée était symbolique et n’était pas suffisante, et l’État libanais n’a pas été excusé, et il semble que l’État soit diplomatiquement incapable de résoudre ce dilemme, en plus de son indifférence aux questions de nos martyrs.

Elle a déclaré : « La famille du martyr George Hawi détiendra toute personne dont il est prouvé qu’elle est impliquée dans l’obstruction du cours de la justice.
Responsabilité dans l’affaire de l’assassinat du martyr George Hawi.

– La Commission d’enquête internationale s’est saisie du dossier depuis 2005, puis le Tribunal spécial pour le Liban a déchu de la compétence des tribunaux libanais et de la compétence du Conseil de la magistrature depuis 2009.
Depuis lors, la Cour internationale a examiné l’affaire exclusivement, et nous attendons toujours.
Finalement, la justice et l’ensemble du dossier nous ont été volés, et pendant ces années, en raison de ce retard, de nombreuses preuves et témoins sont encore disponibles ou disponibles.
On nous a refusé l’accès aux documents confidentiels du dossier. »

Elle a ajouté : Si le tribunal ferme ses portes, la famille du martyr George Hawi poursuivra tous les fonctionnaires du tribunal ou des Nations Unies qui ont retardé l’examen de notre affaire, et nous poursuivrons tous les fonctionnaires du tribunal qui nous ont fait arrêtez le procès dans notre cas, et nous poursuivrons tous les fonctionnaires du tribunal qui ont volé les tribunaux libanais de juridiction et nous ont refusé la justice jusqu’à l’âge de 16 ans. »

Et elle a poursuivi : « Pour la deuxième chambre qui examine notre affaire devant le Tribunal spécial pour le Liban, nous disons : si vous ne commencez pas le procès, comme vous l’avez spécifié le 16 juin 2021, alors vous commettez le crime de vous abstenir d’accomplir le droit, et vous gaspillez les droits de ceux qui sont touchés et les privez du procès.
A tout le moins, ouvrir le procès pour que nous puissions y participer et y faire entendre notre voix. Nous sommes des victimes. Nous ne demandons qu’une compensation morale, c’est-à-dire que justice.
À la communauté internationale, nous, représentés par le comité de gestion du Tribunal spécial pour le Liban, disons : vous commettez un crime terrible contre les victimes et la justice internationale, et cela soutient la théorie selon laquelle il s’agit d’un outil qui utilise les victimes et exploite leur douleur. , la douleur et l’oppression à des fins politiques.

Et elle a souligné que « priver les victimes du procès ne passera pas inaperçu, et l’État assumera sa responsabilité et remplira ses devoirs envers notre cause. Ce qui nous arrive doit constituer un avertissement à toutes les familles des martyrs du terroriste. attentats au Liban, ainsi qu’aux familles des martyrs du port de Beyrouth, car il n’y a pas de patrie sans justice, et personne ne pense que le moment est venu Il peut éteindre la cause des martyrs et des victimes, comme les Libanais sont habitués à. »

Et elle a conclu : « Nous disons au Secrétaire général des Nations Unies : mettez en œuvre la résolution 1757 du Conseil de sécurité, utilisez vos pouvoirs pour administrer le tribunal et rendez justice aux victimes.

Bo Chrome
La veuve du martyr Ghazi Bo Karum a prononcé un discours dans lequel elle a déclaré :
« 16 ans et nous attendons justice.
16 ans et nous attendons la justice internationale après avoir perdu espoir dans la justice de la patrie.
il y a 16 ans, et nous avons perdu de nombreuses victimes d’aliénation et d’attentats qui n’ont pas pris fin il y a 16 ans. »

Elle a déclaré : « Le Tribunal spécial pour le Liban est notre seul espoir de justice car, malheureusement, les tribunaux libanais n’ont pas révélé la vérité sur de nombreux crimes d’assassinat qui ont fait de la société libanaise une victime de la terreur, de la mort et de l’intimidation. Les tribunaux locaux n’a pas révélé la vérité sur le crime du port, et nous ne pourrons pas révéler qui a tué nos martyrs : le mari, le père Ghazi, le combattant George Hawi, M. Khaled Mora, et celui qui a tenté d’assassiner le professeur Marwan Hamadeh et Elias Al-Murr, et fait des dizaines de victimes.
L’arrêt du Tribunal spécial pour le Liban chargé d’examiner l’affaire liée à l’attaque contre le professeur Marwan Hamadeh, George Hawi et Elias Murr est un deuxième assassinat pour nous et nos martyrs. C’est un meurtre pour notre espoir de justice et de responsabilité pour nous et pour les martyrs du pays. C’est une destruction des espoirs des enfants des martyrs pour un avenir basé sur la sécurité contre les assassinats et le terrorisme. par la primauté du droit et de la justice.

Elle a ajouté : « Le Tribunal spécial pour le Liban, malgré quelques lacunes, est la première et la seule expérience au Liban pour découvrir la vérité et obtenir justice.
D’ici, on refuse de s’arrêter