SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

Les familles des victimes de l’explosion du port: Avant de donner votre voix, souvenez-vous des voix des 225 victimes!

Devant un groupe de photos des victimes du port de Beyrouth, Elie Hasrouti, le fils de la victime, Ghassan, qui a rendu son dernier souffle sous les décombres des silos à blé le 4 août 2020 a écrit: « Le 15 mai, souvenez-vous qu’il y a eu aucun arrêt ou responsable du troisième plus grand attentat au monde… Les élections… Souvenez-vous du bruit de l’explosion… Souvenez-vous des cris des enfants, des gémissements des blessés et des dernières supplications des victimes…Je ne veux pas mourir… Souvenez-vous des larmes des parents et de tous ceux qui ont su… Avant de donner votre voix, souvenez-vous des voix de 225 victimes » !

La voix sanctionnée dans la majorité des urnes lors des élections de 2022 peut faire son travail, mais le résultat sera inévitablement de tenir les responsables responsables. Eli ajoute : « Demain, je tiendrai les responsables qui nous ont inondés de slogans et de corruption responsables de 4 ans, quelles que soient les descriptions qu’ils ont dissimulées et nous ont fait croire qu’il y avait une équipe loyaliste et d’opposition. Parce que la réalité est qu’il n’y a qu’une équipe de quota. Tous les postes n’ont pas empêché les fonctionnaires de suivre les décrets approuvés par le système de la corruption et de la mort.

Chaque matin, Eli salue l’image de son père Ghassan, et pour la première fois il se sent agacé par les batailles électorales dépourvues de programmes politiques et « un renouvellement de l’approche meurtrière et des alignements qui ne font qu’annoncer les germes d’une nouvelle société civile ». » Et il conclut : « Le 15 mai, j’irai aux urnes pour demander des comptes au système, et je déposerai un papier imprégné de douleur, d’oppression et d’humiliation, et je contribuerai à faire la différence malgré mes modestes capacités.

A Cordoue, la scène sera différente avec la famille des victimes Hitti et Karam des pompiers de Beyrouth, « J’emporterai avec moi une photo de mon frère, mon cousin et le mari de ma sœur, Najib, Charbel Hitti et Charbel Karam. Ils seront la voix qui demandera des comptes à ceux qui les ont tués, à leurs camarades et à toutes les victimes du bombardement du port, et nous voterons contre ce système et face au Hezbollah et à ses alliés ».

Pour Antonella, jusqu’au 16 mai, ce sera un autre jour, « Nous ne permettrons pas aux assassins de revenir au parlement, et si cela se produit, il y aura d’autres mots et d’autres batailles pour parvenir à la vérité et tenir les responsables de l’attentat à la bombe du port de Beyrouth et le meurtre de nos proches à rendre compte ».

Antonella a demandé à chaque électeur libanais de « se souvenir des restes des victimes et des cris et des gémissements des mères endeuillées au moment où le papier a été déposé dans la boîte afin que cette tragédie ne se reproduise pas.

Non au boycott des élections, non au livre blanc « je voterai contre eux pour les arrêter et faire éclater la vérité », Paul Najjar, le père de l’enfant victime Alexandra, ne cache pas son espoir de changement.

Paul estime que ces élections seront déterminantes et apporteront un changement qui amène avec lui une vague d’optimisme concernant le dossier d’enquête sur la criminalité portuaire. Il attend avec impatience le 16 mai « pour commencer à travailler avec les députés de l’opposition des deux changements pour former un bloc monolithique qui mettra toutes ses différences séparément et travaillera à faire voter des lois et à rediriger le dossier d’enquête vers la justice judiciaire, sinon nous serons à l’affût pour les responsabiliser.

Pour les familles des victimes de l’attentat du port de Beyrouth, « il n’y a pas de candidat aux élections en leur nom ».

Les familles des victimes, des martyrs et des blessés ont renouvelé leur revendication de « la nécessité de clarifier la vérité et d’obtenir justice », soulignant « la nécessité de préserver l’indépendance de la justice et la présence des personnes recherchées devant l’information judiciaire et les accusés devant le Conseil de la magistrature, en plus d’arrêter tous ceux qui sont recherchés par la justice et tous ceux qui les ont révélés et l’enquête les fera passer pour criminels et impliqués.

Devant une photo d’Alexandra, Charbel, Joe, Ralph, Maria et Ahmed…Demain, leurs proches se lèveront avant de se rendre aux urnes pour voter contre ceux qui ont transformé leur vie en pages de deuil et de séparation douloureuse.

    la source :
  • Almarkazia