SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Les familles des victimes de l’explosion du port ont tenté d’entrer au ministère de la Justice

Un groupe de familles des victimes de l’explosion du port a tenté de pénétrer dans le bureau du ministre de la Justice du gouvernement intérimaire, Henry El Khoury, mais les forces de sécurité ont tenté de les en empêcher, ce qui a provoqué une altercation.

Ces derniers jours, l’affaire de l’explosion a pris une tournure plus grave. Et cela à travers une explication juridique du ministre de la justice Henry El-Khoury (proche du président Michel Aoun), sur la possibilité de nommer un enquêteur judiciaire suppléant au cas où l’enquêteur d’origine serait contraint de s’abstenir de donner suite à ses investigations pour des raisons coercitives pouvant conduire à des tergiversations dans les procédures d’enquête.

Le ministre a précisé que cette affaire ne s’applique pas à Bitar, car les raisons de la suspension des enquêtes ne sont pas liées au juge lui-même.

Le ministre a envoyé une lettre au Conseil supérieur de la magistrature, proposant « la nomination d’un enquêteur judiciaire pour statuer sur les questions nécessaires et urgentes de l’explosion du port de Beyrouth, pour la période pendant laquelle l’enquêteur initial, le juge Tarek Bitar , n’a pas été en mesure d’exercer ses fonctions, telles que les demandes de libération et les défenses formelles, par exemple.

Il est à noter que le prélude à cette décision est venu du chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, en confirmant ses efforts pour «libérer les personnes injustement arrêtées et les prisonniers dans les prisons», notant que le détenu le plus en vue dans l’affaire est l’ancien Le directeur général des Douanes Badri Daher, qui est affilié au « mouvement Libre Patriotique ».