SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Les files d’attente pour l’essence reviennent ?!

Le membre du Syndicat des propriétaires de stations-service au Liban, le Dr George Brax, a expliqué dans une interview accordée à la « National News Agency » qu’ « il y a un défaut dans la détermination du prix de vente bidon (20L) de diesel à la station dans le calendrier actuel d’installation des prix, et dans les calendriers émis avant lui en raison du fait que le ministère de l’Énergie n’a pas adopté les normes et les coûts réels dans le mécanisme de fixation des prix. »

Il a déclaré : « Le ministère a spécifié dans le tableau un montant de 674 dollars américains comme prix individuel pour chaque 1 000 litres de diesel vendus à l’intérieur des entrepôts, à condition d’y ajouter les frais de transport et les frais de la station après avoir converti le prix de dollars en livres libanaises. Cependant, deux facteurs principaux n’ont pas été inclus dans la tarification : la commission prélevée par la banque lors du dépôt obligatoire d’espèces en dollars, le prix du diesel au profit des installations pétrolières, qui représente 1% du montant, et il a également adopté le taux de change de 19000 livres libanaises pour déterminer le prix de bidon (20L) à un moment où elle refuse de recevoir le montant sauf en espèces américaines, et le taux de change sur les marchés équivaut à 21000 livres libanises. »

Et il a estimé que « suite à cette situation, qui a coûté aux propriétaires des stations une perte de 11 000 livres par bidon (20L), ils ont préféré ne pas vendre de diesel dans leurs stations. Les propriétaires des stations sont des victimes, tout comme les citoyens, confrontés à des décisions injustes. Cette situation ne peut pas durer, et nous avons précédemment mis en garde à ce sujet et remis des études aux parties concernées qui montrent le défaut, d’autant plus que nous sommes entrés dans la saison hivernale, et nous devons fournir les besoins des zones montagneuses en carburant pour le chauffage, et nous devons également l’assurer pour les camions transportant des marchandises et les grands bus. »

De plus, il a appelé les personnes concernées « à adopter les études que nous leur avons présentées et à trouver une solution à ce problème comptable évident, ou à revenir à la tarification du diesel et à le livrer aux stations en livres libanaises. »

Et il a conclu : « Je reviens pour souligner encore une fois le danger de l’arrêt de la Banque du Liban de sécuriser le dollar pour l’importation d’essence, et dans le cas où cela se produirait, nous ferons face à la même crise avec la possibilité de voir les files d’attente revenir dans les rues. »