SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2021, Saturday |

Les forces de sécurité sont de connivence avec Fenianos : Nous n’avons pas d’essence pour l’informer de la date de son interrogatoire

Une fois de plus, l’ancien ministre des Travaux publics, Youssef Fenianos, est absent de la comparution devant l’enquêteur judiciaire dans l’affaire de l’explosion du port de Beyrouth, le juge Tarek Bitar, pour l’interroger en tant que suspect dans le dossier, après avoir été incapable de l’informer régulièrement de la date de la séance qui était prévu aujourd’hui, et le retour de l’assignation avec une excuse pire que le péché, si ce n’est pire que le crime du port lui-même.

Sawt Beirut International a été informé, de source informée, que le juge Bitar « est arrivé à son bureau à huit heures du matin, et attendait la présence du ministre Fenianos, mais la surprise a été de recevoir la réponse des forces de sécurité chargées de l’informer de la date de la session, car la réponse a été choquante : « Nous n’avons pas de véhicule militaire pour aller à Tripoli ou à Zgharta, pour informer l’ancien ministre à cause de la perte d’essence. » Le département susmentionné a justifié le retard dans l’application de la décision, en disant qu’ « il avait déjà envoyé une patrouille à deux reprises successives, mais ces deux patrouilles n’ont pas réussi à atteindre le nord, en raison du blocage de la route Beyrouth-Tripoli par les révolutionnaires. »

Alors qu’une référence juridique s’attendait à ce que Bitar revienne pour envoyer une convocation au ministre Fenianos, et pour fixer une séance rapprochée pour l’interroger, ce qui pourrait être la semaine prochaine au plus tard, cette référence s’est étonnée de la façon dont les forces de sécurité intérieure « prétendent qu’elles n’ont pas de mécanisme pour se déplacer vers le nord et exécuter une décision judiciaire, alors qu’elles ont décidé d’envoyer deux compagnies des forces de sécurité avec tous leurs mécanismes, voitures et équipements, y compris la brigade anti-émeute, qui a été placée en état d’alerte, pour assurer la protection du mariage de la fille du ministre Fenianos, demain, samedi, à Ehden, après que les révolutionnaires aient menacé de prendre d’assaut le lieu du mariage et de saboter la cérémonie. Il a demandé : « L’intérêt des figures d’autorité, notamment des suspects et des personnes accusées de négligence et d’imprudence qui ont conduit à l’explosion du port, est-il plus important que la justice et les droits des victimes et de leurs familles ? »

Par ailleurs, l’ancien directeur des renseignements, le général de brigade à la retraite Camille Daher, est censé comparaître devant le juge Bitar lundi prochain, pour l’interroger en tant que suspect dans l’affaire, sachant que le parquet général de la Cour de Cassation n’a pas encore exprimé son avis sur les défenses formelles soumises par Daher, et que cette question pourrait nécessiter un nouveau report de son interrogatoire, en raison du retard dans la réponse du parquet général.

    la source :
  • Sawt Beirut International