SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Les habitants d’Ain El-Remmaneh déposent un procès contre Nasrallah

L’avocat Elie Mahfoud, à la demande d’un certain nombre de personnes de la zone d’Ain El-Remmaneh, a déposé une plainte devant le parquet de la cour de cassation, contre le Secrétaire général du « Hezbollah » Hassan Nasrallah et tous ceux qui comparaissent dans l’enquête, les accusant d’avoir commis les crimes d’atteinte à l’unité nationale et d’exécution d’actes terroristes par des forces armées à travers l’attaque menée par des membres du « Hezbollah » sur la zone d’Ain al-Remmaneh, en tirant des armes légères, moyennes et lourdes, et des grenades propulsées par fusée, ce qui a entraîné la perte de vies humaines et de biens et l’intimidation de la sécurité.

Les plaignants ont demandé que la plainte soit transmise au tribunal compétent, que les accusés soient convoqués et interrogés, et que l’exigence légale soit prise contre eux.

Sawt Beirut International a publié le contenu de la plainte, qui comprend les noms des plaignants et de leurs avocats, ainsi que les noms des accusés et des crimes, et nous allons les mentionner ici :

Les plaignants sont : Sami Habib Shalhoub, Roger Assaf Semaan, Robert Simon Marassidian, Bechara George Al-Irani, Monique Gerges Sarkis, Elie Caesar Caesar, Amal Michel Farah, Walid Youssef Bou Muslim, et Elie Fouad, dit Tony Haddad.

Leurs avocats sont : Elie Mahfoud, Peter Germanos, Noaman Murad, Charbel Ghossoub, Michel Nehme, Naji Nassif, Fadi Al-Qusifi et Suzy Mikhael Saliba.

Les accusés : Sayyed Hassan Nasrallah, Secrétaire général du Hezbollah, et quiconque apparaît dans l’enquête comme acteur, participant, instigateur, interférant, intrus, complice ou intimidateur.

La plainte que Sawt Beirut International a publié soutient largement le Juge Bitar et indique qu’il est responsable de l’enquête et que l’accusation de politisation portée par le Hezbollah à son encontre est fausse, et elle présente également les faits et les événements qui ont eu lieu le jour de l’incident. Elle a également noté comment le duo chiite avait l’habitude de mobiliser la foule le jeudi, et a joint quelques enregistrements qui le prouvent, et a souligné que la manifestation a dévié de ses objectifs principaux pour se transformer en une bataille massive.

De plus, la plainte a ajouté que les hommes armés qui sont entrés dans Ain El-Remmaneh ont causé beaucoup de dégâts matériels et détruit tout ce qui se trouvait sur leur chemin, tout cela étant documenté par les caméras des médias qui ont accompagné l’événement. La plainte poursuit que les manifestants ont franchi les barrières de l’armée libanaise et ont commencé à tirer sur les maisons pour les endommager. La plainte a également montré les dommages causés à la zone à travers un rapport détaillé d’un expert dans ces domaines, et ils ont joint des photos, des films et des documents sur le sujet.

Sur la base de tout cela, et de la tentative des militants d’utiliser leurs armes de guerre pour faire du mal aux habitants, ils doivent être condamnés pour terrorisme. Ils étaient également accusés, selon la plainte, d’avoir exécuté un plan orchestré pour tuer, déclencher des émeutes, entraver la coexistence et menacer la paix civile, et ils doivent se voir infliger la peine maximale et être condamnés.

    la source :
  • Sawt Beirut International