SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

Les prisonniers de Roumieh mettent en garde et menacent ? Voici les détails

Un état de panique et de peur domine les Libanais, qui vivent désormais dans une grande prison sur la zone géographique du Liban avec leurs sectes et sectes. Ils sont désormais incapables de se déplacer en raison du manque de carburant. Même les hôpitaux sont devenus presque impossible d’entrer, alors comment s’il vit derrière les barreaux dans les prisons, la souffrance est sortie dans ses couloirs, chambres et cuisines avant la crise que nous la vivons.

Aujourd’hui, la crise met aussi la pression sur les prisonniers et détenus en attente de jugement, et ils doivent « mordre la plaie » en attendant les institutions et associations humanitaires, après que l’État n’a pas pu la résoudre radicalement et s’est contenté de donner des palliatifs.

Les prisonniers et les détenus ont poussé de nombreux cris concernant le manque de nourriture, mais le problème de santé est devenu la plus grande préoccupation, et ils se sont donc adressés à « Sawt Beirut International » avec une déclaration aux fonctionnaires et à Dar Al-Fatwa, et voici le texte :

La crise s’aggrave de jour en jour dans les prisons libanaises, face à une crise économique étouffante, à l’effondrement de l’Etat et de ses institutions, et en l’absence d’une administration compétente et à la hauteur des responsabilités qui lui sont confiées.

En tant que détenus de la prison de Roumieh, nous tenons à souligner ce qui suit :

Premièrement : les médicaments dans les prisons sont devenus aux frais du prisonnier, non seulement pour l’achat de médicaments, mais aussi pour les interventions chirurgicales, les examens et les photographies dont le prisonnier a besoin.

Deuxièmement : nous avons haussé la voix à maintes reprises pour le prix du magasin, qui s’il augmente d’un cent à l’extérieur de la prison, il augmente décuplé au magasin, et chaque fois que nous nous plaignons de cela auprès de l’administration pénitentiaire, comme si le propriétaire de la boutique est au-dessus de la responsabilité, les prix augmentent encore plus et torturent les prisonniers.

Troisièmement : la situation est devenue intolérable, et nous prévenons que la situation à l’intérieur de la prison va exploser et que les choses vont se détériorer et aller dans un endroit qui n’est dans l’intérêt de personne.

Quatrièmement : Nous mettons le ministre de l’Intérieur et les fonctionnaires sous leur responsabilité et nous nous efforçons de remédier à la situation et de ne pas fuir avec des déclarations irresponsables à travers lesquelles la réalité est falsifiée.

Cinquièmement : Nous plaçons Dar Al-Fatwa et le Conseil des érudits musulmans sur les institutions sociales et humanitaires avec leurs responsabilités envers les prisonniers de s’efforcer de préserver leur vie, leur humanité et leurs droits, et d’agir immédiatement pour faire face à la crise, sinon…. .

    la source :
  • Sawt Beirut International