SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Les prix de la plupart des matières premières ont augmenté de 200 %

Le vice-président de l’Association des industriels du Liban, Ziad Bakdash, a expliqué que « la hausse des prix du pétrole est un problème majeur pour l’industrie au Liban, mais le principal problème réside dans la hausse des prix de la plupart des matières premières de la source de 20 à 200 pour cent, et la principale raison de cette hausse est due aux coûts élevés de l’expédition ».

Dans une interview accordée à Asharq Al-Awsat (Le Moyen-Orient), il a souligné que « les prix de la plupart des produits manufacturés, alimentaires et non alimentaires, vont augmenter », soulignant que « l’année 2022 sera plus difficile que 2021 pour les industriels et les Libanais en général. »

Il a ajouté : « Nous sommes dans une guerre économique qui touche le monde entier, mais le problème du Liban est beaucoup plus grand car il vit une situation exceptionnelle, l’économie s’effondre alors que les décisions du gouvernement sont contradictoires entre les parties, sans parler de la crise de l’électricité et de son impact sur tous les secteurs ».

De plus, il a souligné que « nous assisterons bientôt à une hausse supplémentaire des prix, d’autant plus que les commerçants et les industriels qui disposent encore de quelques matières premières se sont empressés d’augmenter les prix pour préserver la valeur de remplacement. » Il a cité l’exemple du papier, « le coût d’une tonne l’année dernière 2021 était équivalent à 700 dollars, le prix d’une tonne aujourd’hui est devenu 1500 dollars, voire plus. »

Bakdash a exclu que nous assistions à une fermeture des usines, mais il prévient que la poursuite de la situation actuelle conduira inévitablement au licenciement des travailleurs dans les usines, notant que « cette réalité a déjà commencé, surtout après que les exportations du Liban vers le marché arabe ont été coupées, et que le pouvoir d’achat sur le marché local a diminué. »

Et il a ajouté : « Les ventes des usines, ont diminué de 50 %, en plus de la perte de 50 % des exportations vers l’Arabie saoudite, le Bahreïn et le Koweït. »

Il a souligné que « le principal problème réside dans la hausse des prix des matières premières, et par conséquent les prix de tous les articles manufacturés et commerciaux vont augmenter, car ils sont devenus chers à la source », soulignant que « la tonne de sucre était de 500 dollars, elle est devenue aujourd’hui à 1200 dollars, ce qui signifie qu’elle a augmenté de deux fois et demi. »