SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 September 2021, Monday |

Les stocks de carburant vont bientôt s’épuiser

Le membre du Syndicat des propriétaires de stations-service, Georges Brax, a averti que « la crise de l’essence est va s’aggraver.C’est parce que le stock dans les stations se vende aux citoyens et le stock dans les entreprises est livré aux stations, mais les navires en mer ne peuvent pas décharger, parce que la Banque du Liban ne leur a pas accordé les crédits nécessaires.Le stock sera bientôt épuisé et dans les prochains jours, nous assisterons à la fermeture de nombreuses stations, et il ne restera que quelques stations ouvertes, et nous assisterons donc à l’augmentation des files d’attente devant elles. »

Il a souligné qu' »hier il y avait 55 millions de litres d’essence, ce qui n’est pas suffisant pour plus qu’au milieu de la semaine prochaine. »Il a souligné que « si les navires ne sont pas déchargés, le pays sera paralysé. »

Il a déclaré: « Étant donné que la décision de lever définitivement les subventions aux carburants a été prise et que le nouveau Premier ministre l’a confirmée, j’appelle le prochain gouvernement et le nouveau ministre de l’Énergie à mettre en place le nouveau mécanisme dès que possible avant que la situation ne s’aggrave, pour que les navires puissent décharger et éviter cette crise majeure. »

Il espère que « les prix des carburants seront publiés mercredi sur la base de la levée de la subvention ».Il s’est interrogé sur le « mécanisme que la Banque du Liban adoptera après la levée de la subvention. Sécurisera-t-elle des dollars pour les entreprises importatrices ou ira-t-elle libéraliser les importations et les entreprises sécuriseront-elles des dollars du marché noir? »

Il a souligné « la nécessité de tenir une réunion entre le ministère de l’Énergie, les sociétés importatrices et les propriétaires de stations, pour discuter du travail des stations et du mécanisme de mise en œuvre de la levée des subventions en cas d’approbation de la libéralisation des importations. »

Il a souligné qu’il pensait que « la Banque centrale conservera le mécanisme de transaction tel qu’il est aujourd’hui, et le changement ne concernera que le prix du dollar, qui sera décidé sans subvention. »