SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

L’état du système de santé libanais est réparable

« Les événements tragiques d’Akkar ont accru la pression sur les hôpitaux au Liban, mais ils ont bien réagi », a tweeté Firas Abiad, directeur de l’hôpital universitaire Rafic Hariri. L’hôpital Geitawi, qui a été partiellement endommagé lors de l’explosion de Beyrouth puis réhabilité, ainsi que l’hôpital Al-Salam Tripoli, ont pris l’initiative de soigner les blessés dans leurs centres de brûlures.

La capacité des hôpitaux à absorber les chocs et à augmenter le niveau des nouveaux besoins, comme cela a été noté après l’explosion de Beyrouth, ou Akkar, donne l’espoir que l’état de notre système de santé est encore réparable. Les pressions sont énormes, mais les éléments de base fonctionnent encore très bien.

Cependant, l’explosion a également révélé quelques points négatifs. Dix ans après son équipement complet, l’hôpital turc pour les blessures et les brûlures n’a toujours pas reçu un seul patient, ce qui reflète les obstacles administratifs et politiques auxquels est confrontée la gestion des établissements de santé publics.

En bref, la fourniture de services de soins de santé au Liban, en particulier aux populations les plus nécessiteux, se heurte à de grands défis. Cependant, le système de santé conserve un potentiel solide et une résilience, ce qui donne l’espoir qu’avec un soutien approprié, l’accès aux services de santé pourra être assuré pour tous.