SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

L’extraction du gaz de Karish a été reportée…

Omaima Shams El Din

La compagnie d’énergie a annoncé le report de l’extraction de gaz du champ de Karish, qui est contesté entre Israël et le Liban, selon Sky News Arabia.

Dans ce contexte, l’analyste des médias politiques, « George Chahine », a déclaré dans une interview à Voice of Beirut International, qu’il n’était pas surprenant qu’Energean Power ait annoncé la suspension des travaux dans le champ de Karish.

En conséquence, les développements des dernières heures et les tournées de l’envoyé américain aux négociations de démarcation indirecte, Hochstein, ont véhiculé de nombreux nouveaux scénarios qui suggèrent que la compréhension du processus de démarcation pourrait être reportée à des dates ultérieures.

Shaheen a estimé qu’Energian avait pris la décision parce que la société n’opérait en aucune façon dans une zone contestée, par crainte des répercussions de l’exploration.

Si la démarcation n’est pas effectuée et que les frontières sont définies, cela indique que la plupart des entreprises ne veulent pas travailler dans des zones contestées, ou s’il existe un risque que la tension se transforme en action de sécurité.

Shaheen a confirmé que Hochstein se rendra à Beyrouth, mais des doutes subsistent quant à la date de son retour, même si certains s’attendent à ce qu’il soit à Beyrouth dans quelques heures.

Soulignant que de nombreux faits seront révélés avec cette visite, de sorte qu’un ensemble de scénarios et de récits mutuellement contradictoires dépendra des arènes libanaises et régionales.

Dans ce contexte, il a vu qu’il est clair qu’Israël ne veut pas donner de réponse sur la dernière proposition libanaise, et c’est une question qui appelle à s’attendre à un ensemble de scénarios attendus.

Il craignait que le dossier ne soit écarté des négociations de Naqoura et ne se transforme en carton dans la conjoncture régionale.

Il a souligné que nous ne pouvons pas ignorer les opérations militaires en cours en Syrie, car Israël a fermé les aéroports syriens après la fermeture de l’aéroport de Damas, environ 20 par jour, et a également fermé l’aéroport d’Alep et concentre ses bombardements sur les aéroports et les sites iraniens.

Selon Shaheen, s’il y avait un sérieux souhait israélien de reporter le processus de démarcation jusqu’après les élections à la Knesset du 1er novembre prochain, il est naturel de tracer le sort de la mission de Hochstein avec ce qui se passe dans la région, en particulier ce qui se passe en Syrie.

Il a déclaré : « Dans le même temps, nous ne pouvons ignorer le retrait de Moscou des champs méditerranéens et les efforts américains en cours, pour que la Compagnie nationale qatarie soit un tiers dans le consortium libanais aux côtés de la mère italienne et du français Total.

Par ailleurs, Shaheen a estimé que le report des négociations fait d’une pierre plusieurs coups : si les négociations sont reportées après les élections israéliennes, nous aurons également passé la fin du mandat du président Aoun, et si les négociations se prolongent jusqu’à la mi-octobre , elles coïncideront avec les élections de mi-mandat aux États-Unis d’Amérique, dirigées par le président Biden, dans le but de frapper les républicains et de renforcer la position des démocrates dans les institutions du Congrès.

Comme il a souligné qu’on ne peut ignorer tous ces éléments, il a vu que cette affaire nous amène à ralentir le discours sur le sort des négociations, considérant que les choses dépendent de leur timing, et il s’attend à ce que Hochstein nous apporte certaines nouvelles dans les prochains journées.