SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

L’histoire du réseau de financement du Hezbollah : l’or et le blanchiment d’argent via la Turquie et l’Iran

L’Office de Contrôle des Actifs Etrangers du Département du Trésor américain a imposé des sanctions aux membres de réseaux financiers basés au Liban et au Koweït pour leur financement du Hezbollah.

Il a également imposé des sanctions aux membres d’un réseau international de facilitateurs financiers et de sociétés écrans opérant pour soutenir le Hezbollah, organisation terroriste libanaise, et la Force Al-Qods des Gardiens de la révolution iranienne, selon un communiqué publié vendredi par le département du Trésor.

Le communiqué indique que « ces réseaux ont blanchi des dizaines de millions de dollars par le biais de systèmes financiers régionaux, ont effectué des échanges de devises et ont négocié de l’or et des produits électroniques au profit du Hezbollah et de la Force Al-Qods. »

Et avec l’appui de la Force Al-Qods, le Hezbollah utilise les fonds collectés par ces réseaux pour financer des activités terroristes, en plus de prolonger l’instabilité au Liban et dans toute la région.

Andrea Jacki, directrice de l’Office de contrôle des actifs étrangers du Département du Trésor américain a déclaré : « Le Hezbollah et le Corps des gardiens de la révolution iranienne-Force Quds continuent d’exploiter le système financier international pour financer des actes terroristes. Les États-Unis n’hésiteront pas à prendre des mesures pour perturber les réseaux qui apportent un soutien financier au Hezbollah et à la Force Al-Qods. »

Les financiers du Hezbollah

Les mesures prises aujourd’hui par les États-Unis, selon le communiqué du ministère, mettent en évidence les liens directs entre le réseau mondial de financement du Hezbollah et les activités terroristes.

Selon le Département d’État américain, le Hezbollah continue d’exploiter le secteur commercial légitime pour obtenir un soutien financier et matériel, ce qui permet à l’organisation de mener des actes terroristes et de saper les institutions politiques libanaises.

Les sanctions prises à l’encontre des personnes et entités dont les noms sont mentionnés dans la déclaration américaine confirment les efforts continus du département du Trésor pour cibler le Hezbollah et le soutien qu’il reçoit de la Force Al-Qods.

Parmi les personnes visées par les sanctions figure Muhammad Haseeb Hadwan, également connu sous le nom de Hajj Zain, un haut responsable du secrétariat général du Hezbollah, qui rend compte directement au secrétaire général Hassan Nasrallah et est chargé de collecter des fonds auprès de donateurs et d’hommes d’affaires en dehors du Liban.

Le ministère a également nommé Ali Al-Shaer, un directeur du bureau de Hadwan qui acceptait des contributions financières au nom du Hezbollah depuis 2000.

De plus, le ministère a précisé dans sa déclaration qu’il avait imposé des sanctions à Hadwan en raison de son travail pour le Hezbollah, que ce soit directement ou indirectement. Quant au Al-Shaer, il est devenu la cible des sanctions parce qu’il a aidé et soutenu financièrement le Hezbollah ou fourni un soutien financier ou technologique, des services ou des biens.

En outre, les sanctions visent également Talib Hussein, qui a coordonné le transfert de millions de dollars au Hezbollah depuis le Koweït par l’intermédiaire de Jamal Hussein al-Shatti. Selon la déclaration américaine, Talib Hussein s’est rendu au Liban pour rencontrer des responsables du Hezbollah afin de donner de l’argent au groupe.

Et le département du Trésor a déclaré qu’il « a sanctionné à la fois Talib Hussein et Jamal Hussein pour leur assistance, leur parrainage et la fourniture d’un soutien financier, matériel ou technologique, de services ou de biens au Hezbollah. »

Change de devises et commerce de l’or

Les deux facilitateurs financiers, Mujahid Amini et Ali Qassir, dirigent un réseau d’une vingtaine de personnes et de sociétés écrans, situées dans plusieurs pays, facilitant le mouvement et la vente d’or, d’électronique et de devises étrangères pour une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollars ; En soutien au Hezbollah et à la Force Al-Qods, selon le Trésor américain.

De pls, Amini a été visé par des sanctions en mai 2018 pour son rôle dans l’aide apportée à la Force Quds pour déplacer des fonds hors d’Iran et les convertir en dollars. Qassir a également été la cible de précédentes sanctions en septembre 2019, pour son travail au nom de Rustom Qassemi, un responsable de la Force Al-Qods, qui supervisait un réseau massif impliqué dans les ventes de pétrole au nom de la Force Al-Qods.

Et Qassir, le facilitateur financier du Hezbollah, travaille avec les responsables du parti pour gérer leurs comptes bancaires en Iran, et coopère avec les responsables de la Force Al-Qods pour gérer les transactions financières pour le Hezbollah et la Force Quds. Il a également aidé à déplacer des centaines de millions de dollars pour le Hezbollah et l’Iran.

Qassir a continué à travailler avec Qassemi au cours de la dernière période, organisant des ventes de pétrole iranien à des clients étrangers afin de générer des revenus pour la Force Al-Qods et le Hezbollah.

Quant aux sanctions imposées à Qassir aujourd’hui, elles sont dues à son travail au nom ou pour le Hezbollah, directement ou indirectement.

Le Trésor américain a indiqué qu’une équipe d’assistants de confiance aide Amini et Qassir.

Omid Yazdanparast, Mehmet Ali Damirchilo et Samana Damirchilo facilitent la contrebande d’or et de devises de l’Iran vers la Turquie via des avions commerciaux exploités par « Mahan Air », société sanctionnée par les États-Unis. Muhammad Reza Kazemi facilite également la vente d’or en Turquie.

Une fois l’or vendu, le produit de la vente est renvoyé en Iran selon le même processus, puis transféré à Amini et Qassir.

À cela s’ajoutent Mustafa Buria et Hussein Asadullah, qui vendent des appareils électroniques pour le compte de ce réseau. Des sanctions ont été imposées à leur encontre pour avoir aidé, parrainé et fourni un soutien financier, matériel et technologique, ou des services et des biens pour soutenir Mujahid Amini.

Blanchiment d’argent

Selon la déclaration américaine, l’homme d’affaires basé en Chine, Morteza Hashemi, a profité de sa capacité à accéder au système financier international pour blanchir d’énormes sommes d’argent au profit de la Force Al-Qods et du Hezbollah.

En coopération avec Muhammad Reza Kazemi, Hashemi a blanchi des dizaines de millions de dollars pour la Force Quds et le Hezbollah par le biais d’échanges de devises et de ventes d’or. Hashemi a également participé à des opérations financières liées à Muhammad Reza Khadami, un autre facilitateur financier de la Force Al-Qods qui a été visé par des sanctions en mai 2018.

Aujourd’hui, le département du Trésor a imposé des sanctions à Hashemi pour son assistance, son parrainage et la fourniture d’un soutien financier, matériel ou technologique, ou de biens et services au Hezbollah et à la Force Al-Qods.

Washington considère la milice pro-iranienne du Hezbollah comme une organisation terroriste responsable de la détérioration de la situation au Liban.

Il y a quelques jours, le département d’État américain a offert une récompense allant jusqu’à 7 millions de dollars pour des informations sur Talal Hamiyah, le chef du bureau de la sécurité extérieure du Hezbollah libanais.

Et Le mois dernier, les États-Unis ont offert une récompense de 5 millions de dollars pour des informations sur Khalil Youssef Harb, un dirigeant éminent du Hezbollah libanais et un proche conseiller du secrétaire général Hassan Nasrallah.

    la source :
  • Al-Ain