SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Mikati a commenté l’importation de pétrole iranien par le Hezbollah…

Le Premier ministre libanais, Najib Mikati, a affirmé que « la tâche principale du gouvernement est d’arrêter l’effondrement et de mettre le pays sur la voie de la reprise, en préparation de la transition vers le traitement des dossiers économiques, financiers et de la vie ».

Mikati, dans une interview à « CNN » ce soir, a indiqué que: « Entre la formation du gouvernement et aujourd’hui, je me suis senti relativement satisfait car dans les sept jours nous avons communiqué avec le Fonds monétaire international, qui a exprimé sa volonté de soutenir le Liban, et nous avons également présenté le problème de l’électricité et des propositions de solutions appropriées.  »

Hier, j’ai rencontré le chef de l’Organisation mondiale de la santé, qui a exprimé la volonté de l’organisation de soutenir le secteur de la santé au Liban, et sa volonté d’exhorter les pays donateurs à fournir une aide au Liban.

Concernant la capacité du gouvernement à accomplir ce qui est requis, il a déclaré: « C’est une question de temps, et malheureusement le Liban est confronté à de nombreux défis urgents, notamment la crise financière et économique, les répercussions de l’explosion du port de Beyrouth et du Corona. pandémie. »

Il a déclaré: « Le gouvernement ne peut pas atteindre le stade de la reprise et de la reprise en huit mois, ce qui est l’âge constitutionnel de notre gouvernement, étant donné que le gouvernement présente sa démission après les élections législatives que notre gouvernement insiste pour que notre gouvernement tienne à temps ».

Mikati a souligné que « les problèmes urgents auxquels notre gouvernement est confronté sont d’améliorer la situation énergétique et électrique, de régler la crise du carburant, de sécuriser les médicaments et de régler la situation des deux secteurs, hospitalier et éducatif ».

En réponse à une question, il a déclaré : « Il n’y a pas de coups d’État au Liban, mais le changement commence par une phase de transition à travers des élections parlementaires qui permettent au peuple de choisir ses représentants au gouvernement.  »

Concernant le dossier des subventions, il a déclaré: « Nous n’avons plus d’argent pour compléter l’aide, et cette affaire doit cesser car 26% de l’argent de l’aide est parvenu l’année dernière aux Libanais et le reste est allé dans les poches des commerçants, des monopoleurs et des contrebandiers.  »  »

Il a ajouté: « Dans la période à venir, nous nous contenterons de soutenir les médicaments, en particulier les médicaments pour les maladies graves.  »

Il a poursuivi: « A partir d’ici, nous demandons à la communauté internationale d’accélérer notre aide.  »

Concernant la participation du Hezbollah au gouvernement, il a déclaré: « Je suis un homme pratique et le gouvernement comprend la plupart des Libanais, et nous ne pouvons mener aucune réforme et négocier avec le Fonds monétaire international sans l’approbation et le soutien de tous.  »  »

Il a poursuivi: « Le Hezbollah représente une partie des Libanais au Parlement.

Concernant l’introduction du pétrole iranien par le Hezbollah hier et la crainte de sanctions contre le Liban, il a déclaré: « Je suis triste de la violation de la souveraineté du Liban, mais je n’ai aucune crainte de sanctions contre le Liban, car l’opération a eu lieu en dehors des gouvernement. »

En réponse à une question, il a déclaré : « Je tiens à remercier le gouvernement irakien pour son soutien au Liban avec des dérivés du pétrole, et je remercie également nos frères arabes pour leur soutien permanent au Liban.  »

Concernant le rôle de la France au Liban, a-t-il déclaré, « la France est une amie du Liban et nous a beaucoup aidés à former le gouvernement sans interférer dans les détails, mais elle respecte la souveraineté du Liban ».

Concernant la position américaine sur le gouvernement, il a déclaré: « J’ai reçu plusieurs messages de soutien de l’administration américaine.  »

Concernant l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth, il a déclaré: « Nous ne laisserons aucun obstacle faire obstacle à l’enquête, découvrir les circonstances du crime et demander des comptes aux responsables, en tenant compte des des principes. »