SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 September 2021, Friday |

L’Iran promeut l’entrée du « pétrole libanais » en Syrie..et « Tank Trackers » démenti la nouvelle

Au cours des dernières heures, l’Iran et le Hezbollah ont confirmé par le biais de leurs médias que des navires transportant du pétrole et de l’essence à destination du Liban étaient entrés dans les eaux syriennes et avaient déchargé leur cargaison dans l’un des ports de la côte syrienne.

Cependant, le site Tanker Trackers, spécialisé dans le suivi des mouvements des navires, a confirmé, aujourd’hui jeudi, que les informations selon lesquelles un navire iranien serait entré dans les eaux syriennes et y aurait déchargé sa cargaison afin de la transporter au Liban sont totalement fausses.

Il a expliqué que le pétrolier, qui est arrivé il y a quelques jours en Syrie, transporte 730 000 barils de pétrole brut iranien, et non de l’essence, ce qui ne profite pas au Liban.

Il a également ajouté que le pétrole brut est habituellement livré plusieurs fois par mois pour répondre aux besoins de la Syrie et non à ceux du voisin libanais.

Des camions-citernes vers le Liban

L’agence de presse Fars a confirmé plus tôt dans la journée que le navire iranien chargé de diesel et de l’essence est entré dans les eaux territoriales syriennes mercredi.

Elle a indiqué qu’il déchargerait sa cargaison en Syrie pour être ensuite transporté par des camions-citernes vers le Liban.

De même, les médias libanais circulant dans l’orbite du Hezbollah ont confirmé que la cargaison iranienne a été vidée à Baniyas, et qu’elle est en route pour le Liban.

Il convient de noter que le ministre libanais de l’énergie du gouvernement intérimaire, Raymond Ghajar, avait souligné hier, mercredi, qu’il n’avait pas reçu de demande d’importation de carburant iranien.

Interrogé sur le fait de savoir si des navires iraniens avaient obtenu l’autorisation de transporter du carburant dans le pays, il a répondu qu’il n’avait pas d’information, déclarant : « Nous n’avons pas d’information, aucune autorisation ne nous a été demandée, c’est seulement ce que je dis », selon ce que rapporte « Reuters ».

Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah soutenu par l’Iran, avait répété plus d’une fois ces derniers jours que des navires chargés de carburant et de diesel étaient partis d’Iran et arriveraient très bientôt dans le pays.

Alors que les Libanais sont plongés quotidiennement dans une vie étouffante et des crises économiques, exacerbées par la crise du carburant, dans lequel le Hezbollah est accusé en acheminant du carburant en Syrie ou en couvrant des réseaux de contrebande qui doublent ses profits, surtout après que l’État libanais ait subventionné le carburant pendant de nombreux mois

    la source :
  • alarabiya