SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 14 August 2022, Sunday |

L’UNICEF met en garde contre l’augmentation des cas de violence contre les enfants au Liban

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a mis en garde contre la gravité des récentes violences sexuelles et physiques à l’encontre des enfants au Liban.

Le représentant de l’UNICEF au Liban a déclaré dans un communiqué : « Les informations et les rapports circulant récemment dans les médias et sur les plateformes de médias sociaux au sujet de graves violences sexuelles et physiques à l’encontre des enfants sont une indication supplémentaire des manifestations croissantes de la violence contre les enfants au Liban. »

Dans son rapport publié en janvier 2021, intitulé « Les prémices de la violence », l’UNICEF a mis en garde contre « l’incidence croissante de la violence contre les enfants et les jeunes qui sont soumis à la violence et à l’exploitation physique, émotionnelle ou sexuelle, alors que les familles luttent pour faire face à l’aggravation de la crise économique dans le pays. »

Il a ajouté : « Rien ne justifie la violence contre les enfants. Il est inacceptable de maltraiter les enfants et de perpétrer des violences à leur encontre. »

L’UNICEF lance un appel aux familles, aux communautés et aux autorités locales pour assurer la sécurité et le bien-être des enfants et des jeunes et invite chacun à briser le silence autour de la maltraitance des enfants et à soutenir leur droit à la protection afin que chaque enfant puisse vivre dans un environnement sûr et exempt de violence.

De plus, l’UNICEF appelle à « protéger la vie privée des enfants qui ont survécu à la violence » et souligne « la nécessité de ne pas publier d’informations relatives à ces enfants, notamment les noms, les photos et les vidéos qui contiennent des scènes violentes, car la publication de ce matériel et de ces informations peut augmenter le risque de stigmatisation sociale pour les enfants et leurs familles. »

L’UNICEF a annoncé qu’il « continuera à soutenir les enfants, à donner des moyens d’action aux familles et à mobiliser les communautés pour que tous les enfants, les adolescents et les femmes, en particulier les plus vulnérables, soient protégés contre la violence, l’exploitation, les abus et la négligence, conformément au cadre juridique et politique national et aux normes internationales. »