SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

L’UNICEF met en garde… La santé des enfants au Liban est en danger !

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a mis en garde contre la gravité de la détérioration de la situation des enfants libanais, qui ne bénéficient pas des soins de santé nécessaires.

La représentante par intérim de l’UNICEF, Ettie Higgins, a révélé dans un communiqué que « le système de santé au Liban ayant atteint le point d’effondrement en raison des nombreuses crises qui l’ont frappé à sa base, de nombreuses familles ne sont même plus en mesure de se déplacer vers les établissements de santé pour obtenir des soins de santé primaires pour leurs enfants, compte tenu de la lutte de nombreux travailleurs dans le secteur de la santé, pour maintenir une bonne provision des besoins de santé pendant la crise. »

Dans un rapport publié à l’occasion de la Semaine mondiale de la vaccination, l’UNICEF a déclaré que « la crise économique mondiale et la hausse des prix et de l’inflation qui en résulte exacerbent la crise catastrophique que traverse le Liban et, par conséquent, accroissent les répercussions dangereuses sur la santé des enfants. Cela entraînera davantage de bouleversements dans le secteur de la santé, qui souffre déjà d’un départ massif du personnel de santé, avec la stagnation du processus de recrutement dans les établissements de santé du pays, et les restrictions imposées à l’importation de médicaments et d’équipements médicaux qui ont sérieusement affecté la qualité des soins de santé pour les femmes et les enfants. »

Le rapport, intitulé « L’aggravation de la crise sanitaire pour les enfants au Liban », note que la forte baisse des taux de vaccination régulière a laissé les enfants vulnérables à des maladies potentiellement mortelles comme la rougeole, les infections diphtériques et la pneumonie. La vaccination systématique des enfants a diminué de 31 %, sachant que les taux d’immunisation antérieurs étaient déjà alarmants, ce qui a eu pour conséquence d’exposer un grand nombre d’enfants non vaccinés aux maladies et à leurs effets dangereux.

Il a souligné que « Les prix élevés du carburant constituent une nouvelle menace pour les services de base, tels que la bonne livraison des vaccins, malgré les efforts déployés pour accroître rapidement l’utilisation de l’énergie solaire. »

« Avec environ 80 % de la population libanaise vivant dans la pauvreté, de nombreuses familles ne peuvent même plus se rendre dans les établissements de santé pour obtenir des soins de santé primaires pour leurs enfants, et beaucoup ne sont plus en mesure de fournir la nourriture et la nutrition dont leurs enfants ont besoin pour survivre », a déclaré Higgins.

La déclaration explique que l’enquête nationale sur la nutrition au Liban pour l’année 2021 montre que les principaux indicateurs nutritionnels des jeunes enfants sont faibles dans les premiers jours de leur vie, et se détériorent avec le temps. Plus de 90 % des enfants ne répondent pas aux normes minimales qui leur permettent d’obtenir les régimes alimentaires variés, fréquents et acceptables dont ils ont besoin pendant la période la plus critique de leur vie qui détermine leur croissance et leur développement en bonne santé jusqu’à l’âge de deux ans. Il est urgent d’apporter un soutien pour éviter que la situation sanitaire et nutritionnelle ne se détériore davantage et pour protéger les femmes et les enfants les plus vulnérables, à un moment où le Liban souffre de l’effondrement économique et des effets de la pandémie de Covid-19 et des conséquences des explosions du port de Beyrouth en 2020, en plus de toute cette situation économique mondiale actuellement difficile.

Higgins a noté que « sans amélioration des répercussions des crises croisées au Liban, une action immédiate et ciblée est devenue une nécessité urgente pour donner la priorité à la santé des enfants. Le Liban ne peut pas supporter une génération d’enfants en mauvaise santé et privés de nutrition. »

Elle a noté que « l’UNICEF renforce son appel au gouvernement libanais et à toutes les parties prenantes pour concentrer tous les efforts sur la vaccination des enfants contre les maladies qui peuvent être évitées par la vaccination, et pour améliorer la situation nutritionnelle des enfants et des femmes. »