SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

L’UNRWA lance « l’appel d’urgence pour le Liban 2022 »

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA The United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East) a lancé, au cours d’un séminaire qui s’est tenu ce matin, à la Maison des Nations Unies (ESCWA United Nations Economic and Social Commission for Western Asia) dans le centre de Beyrouth, « l’Appel d’urgence pour le Liban 2022 », qui vise à « collecter des fonds pour la fourniture d’une assistance humanitaire vitale aux réfugiés palestiniens au Liban et à souligner « les besoins de financement et les priorités de l’UNRWA pour 2022 », avec la participation de la coordinatrice spéciale adjointe des Nations Unies au Liban, Najat Rushdi, du directeur des affaires de l’UNRWA au Liban, Claudio Cordone, de l’ambassadeur palestinien Ashraf Dabour, du directeur du Comité de dialogue libano-palestinien, Bassel Al-Hassan, du Commissaire générale adjointe de l’UNRWA, Leni Stenseth, via Skype, de jeunes hommes et femmes d’associations, d’institutions et de camps palestiniens au Liban.

Après avoir montré une vidéo sur la réalité des réfugiés palestiniens au Liban, Rushdi a déclaré : « Nous nous réunissons aujourd’hui alors que le Liban est confronté à sa pire crise économique et qu’il continue d’accueillir des centaines de milliers de réfugiés qui ont fui leur pays à la recherche de sécurité et de protection. »

« Les choses ont changé de façon spectaculaire pour les réfugiés et leur avenir semble sombre, maintenant plus que jamais », a-t-elle ajouté.

Aussi, elle a souligné que « tout comme le Liban a été grandement affecté par le grand nombre de Syriens et de Palestiniens, les réfugiés, à leur tour, ont été grandement affectés par les effets dévastateurs au Liban, et des crises économiques, financières et sanitaires qui pèsent sur les groupes les plus vulnérables et les plus défavorisés sont en cours. »

Elle a estimé que « la souffrance des réfugiés palestiniens est grave, car ils souffrent du chômage et de la pauvreté, comme les Syriens déplacés et la population libanaise. Sans compter le manque croissant de nourriture, l’insécurité, les coupures d’électricité et l’augmentation des problèmes et difficultés de santé. »

« La protection des réfugiés est un autre aspect inquiétant de la dégradation de la situation, avec peu d’argent disponible », a-t-elle ajouté.

Et elle a souligné : « Nous sommes dans une course pour aider les plus vulnérables à survivre aux crises sans précédent que connaît le Liban, et c’est pour cette raison que nous avons lancé une série de plans d’intervention, dont le dernier plan d’intervention d’urgence (ERP), afin de fournir une aide humanitaire vitale aux groupes les plus vulnérables, aux faibles et aux personnes en difficulté dans les domaines de la santé, de l’alimentation, de l’éducation, de la protection et autres. »

Pour sa part, Cordone a déclaré : « Si la crise actuelle touche tout le monde au Liban, la souffrance des réfugiés palestiniens est plus grande étant donné leur situation déjà difficile au Liban. »

Il a ajouté : « Ils luttent pour survivre, et leurs besoins ont augmenté de façon spectaculaire, le taux de pauvreté atteignant 87%, parmi les réfugiés palestiniens de Syrie. L’appel d’aujourd’hui met en évidence la nécessité d’un programme d’assistance renforcé et durable pour assurer une vie digne à tous les réfugiés palestiniens. »

Pour sa part, Stenseth a mis en garde contre le manque de financement chronique de l’agence qui affecte son budget de base et son budget d’urgence. « La qualité des services vitaux de l’UNRWA, tels que la santé, l’éducation et les services sociaux, et la garantie de leur continuité, sont toujours en danger. J’en appelle à la communauté internationale pour qu’elle aide à préserver le rôle vital et irremplaçable de l’UNRWA dans la région, en particulier au Liban, où les besoins humanitaires augmentent alors que l’économie continue de s’effondrer. Comme d’autres, les réfugiés palestiniens ont besoin de soutien ainsi que de l’espoir d’un avenir meilleur », a-t-elle déclaré.

L’ambassadeur Dabour a déclaré : « À la lumière de la situation économique difficile que le Liban traverse, en plus de la pandémie de Corona et ses répercussions négatives sur tout le monde, en particulier les réfugiés palestiniens au Liban, de sorte qu’ils souffrent principalement, et surtout ce qui a été mentionné, une situation de vie difficile, et ils sont considérés parmi le groupe le plus nécessiteux, avec des taux élevés de familles qui ont été enregistrées. Ils souffrent de difficultés extrêmes, ce qui nécessite d’intensifier les efforts pour mobiliser les ressources financières et pour que l’UNRWA remplisse ses devoirs envers les réfugiés palestiniens qui se trouvent sur le territoire libanais en raison de sa confidentialité, et parce que l’Agence est l’artère vitale pour eux, de sorte que les réductions qu’elle a approuvées auront des conséquences négatives sur leur vie et augmenteront leur difficulté et leur complexité. »

En outre, il a déclaré que « les réductions impliquent : une augmentation des souffrances des Palestiniens déplacés de Syrie, car une réduction de l’aide en espèces a été approuvée, ce qui a eu un impact négatif sur les petites familles d’entre eux, et la suspension de l’allocation mensuelle de panier alimentaire qui leur était versée. Quant à la communauté des réfugiés palestiniens au Liban, la décision de l’agence de travailler avec 90 % du budget général, qui souffre d’un grave manque de financement, affecte négativement tous les aspects de leur vie, en particulier dans les domaines de la santé, des affaires sociales, de l’hygiène, de l’éducation, des services du camp, de l’approvisionnement en eau, de l’enlèvement des déchets et du carburant, et de l’emploi qui a cessé dans tous les domaines, ainsi que l’arrêt du travail de nomination d’alternatives dans les emplois ».

Al-Hassan a estimé que « la crise que traverse le Liban exige de continuer à regarder de manière exceptionnelle et dans des circonstances exceptionnelles, dont nos frères vivant dans les camps et rassemblements palestiniens sur toutes les terres libanaises. »

Il a souligné que « le gouvernement libanais, qui œuvre pour le bien de son peuple, est déterminé à travailler pour tous les déplacés et réfugiés accueillis par le Liban sur ses terres, et l’appel d’aujourd’hui vient compléter la volonté du gouvernement libanais afin d’éviter de tomber dans le pire qui affectera les gains de subsistance et les principaux objectifs de la vie. »