SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Majd Harb à « Sawt Beirut International » : Le Hezbollah n’agit pas sur la base qu’il est un partenaire dans ce pays

L’avocat Majd Harb a estimé que « le système démocratique fait défaut aujourd’hui à cause de l’occupation existante qui a créé une démocratie consensuelle. Une équipe qui a perdu aux élections, mais qui a l’arme, est censée gouverner tout le monde. » Il s’est demandé : « Si tout le monde participe aux gouvernements, comment les députés vont-ils demander des comptes aux ministres négligents dans ce cas ? »

Dans une interview accordée au programme « Dans 30 minutes » sur « Sawt Beirut International » avec le journaliste Majd Bou Hadir, Harb a déclaré que « le Hezbollah n’agit pas sur la base qu’il est un partenaire dans ce pays. La base populaire du Hezbollah est l’un des fondateurs de ce pays, mais la direction du Hezbollah n’agit pas sur la base qu’il est libanais, et toutes ses actions ne suggèrent pas qu’il est un partenaire dans le pays. »

Il a ajouté : « Lorsque du diesel est introduit en contrebande en Syrie pour soutenir le régime syrien, je ne peux pas considérer celui qui effectue cette procédure comme un partenaire de l’État libanais. La direction politique du Hezbollah a quitté le Liban il y a longtemps et ses agendas sont devenus étrangers. » Il s’interroge : « Comment puis-je convaincre l’agriculteur de continuer les cultures alternatives alors qu’il y a des dealers de haschisch qui sont protégés par les milices ? Comment puis-je convaincre le citoyen de ne pas porter d’armes quand il y a ceux qui portent des armes et qui défendent cette cause ? »

Harb a poursuivi : « De Taëf à aujourd’hui, nous n’avons pas appliqué la constitution libanaise de manière naturelle. Il y a ceux qui ont « mis ses pistolets » sur la table et qui contrôlent toutes les articulations de l’Etat. Appliquez la loi existante avant de chercher une nouvelle constitution. »

Il a également estimé que « la Banque du Liban n’a pas soudainement levé la subvention, car elle avait auparavant averti qu’elle le ferait à plusieurs reprises, de sorte que le gouvernement et les dirigeants ne peuvent pas prétendre qu’ils sont choqués par cette décision », et que « le premier suspect de contrebande est celui qui s’oppose à la levée de la subvention, et cela est attendu. »

Concernant la prise d’assaut des maisons des politiciens, il a commenté : « Je ne peux pas défendre la prise d’assaut des maisons en tant que personne juridique. Mais en tant que citoyen, je ne peux pas refuser ces actions de personnes qui ont souffert de toutes les afflictions et qui doivent se taire. »

Il a conclu : « Une grande partie de ma famille se trouve à l’étranger, mais je suis convaincu que mon sort ne restera pas suspendu aux personnes qui ont semé le chaos et la corruption. »