SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 February 2023, Wednesday |

Mawlawi: 243 membres et 4 officiers évadés des forces de sécurité

Le ministre de l’Intérieur, Bassam Mawlawi, a confirmé que « celui qui l’a amené au ministère de l’Intérieur est en premier lieu sa compétence, et en second degré le président Mikati ».

Il a dit dans une interview télévisée: « On m’a demandé, avant ma nomination ministérielle, à la demande du président Michel Aoun, de rendre visite au chef du Mouvement patriotique libre, Gebran Bassil, et de la considerer une visite de connaissance. » Il a souligné que Bassil n’a pas pris l’initiative de l’interroger sur les nominations en affirmant qu’il n’agit pas contrairement à ses convictions.

Concernant la formation du comité de négociation avec le FMI, il a déclaré: « Les noms proposés par le président de la République ont été approuvés par le Premier ministre, et tous sont compétents. »

Concernant les enquêtes du port, il a déclaré: « J’étudierai les dossiers qui m’ont été donnés sur l’autorisation de poursuivre le général de division Abbas Ibrahim, et sur la question de l’explosion du port, et la décision peut être inattendue et je l’annoncerai au temps convenable. » et il a souligné que « le Hezbollah n’a discuté d’aucun problème avec moi ».

Mawlawi a confirmé qu’il ne savait rien des enquêtes du juge Bitar et qu’il ne se permet pas de l’interroger.

Mawlawi a souligné: « nous tenons à contrôler les frontières et la sécurité de l’Arabie saoudite, et nous prenons toutes les mesures pour prévenir tout danger qui pourrait l’atteindre,et nous pouvons modifier le plan de travail avec le Royaume, et j’ai discuté la question avec le général de division Othman. »

Il a noté que « la situation sécuritaire est acceptable, mais pas très bonne. »

Mawlawi a révélé que « 243 membres et 4 officiers ont fui des forces de sécurité, un officier et 97 membres de la Sûreté générale, en raison des conditions économiques. » Il a souligné que « la fuite des éléments n’est pas bonne et nous ne l’acceptons pas, et nous devons aider les éléments pour qu’ils aient leurs besoins sociaux, humanitaires et médicaux afin qu’ils ne fuient pas, et c’est ce que nous travaillons avec tous ceux qui sont concernés par la question. »