SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Mawlawi: Je pensais que la situation était plus pire

Le ministre de l’Intérieur et des Municipalités, le juge Bassam al-Mawlawi, a révélé dans une interview à la presse que le nommer ministre était venu sur proposition du Premier ministre et avec l’approbation de plus d’une équipe, ce qui n’était pas disponible pour plusieurs noms qui étaient présenté devant lui.

Al-Mawlawi parle longuement des deux dossiers et déclare : « Je n’interviendrai pas dans les élections sauf d’un point de vue technique », ce qui signifie qu’il ne donnera pas son avis sur la loi ou sur tout autre détail, mais qu’il se contenter de la tâche d’organiser.

Quant à la date prévue des élections, ainsi qu’au sort des élections municipales et facultatives, elles seront révélées à « Sar al waket ».

Le second : est le souci de la sécurité, tout en soulignant qu’elle est largement contrôlée et que les services de sécurité remplissent leurs fonctions et sont à un niveau de préparation élevé, et travailleront à renforcer au maximum les patrouilles.

Parmi les dossiers suivis par Al-Mawlawi, figure le dossier du Département de la circulation, en particulier de l’inspection mécanique, qui souligne que l’entreprise engagée à l’exploiter opère en dehors de la loi.

Rejetant toute extension qui légitimerait le statut de l’entreprise, il divulgue un appel d’offres qu’il lancera prochainement pour contracter l’inspection, proposant plus d’une idée dans ce domaine.

Le ministre, qui connaît de près l’État, affirme n’avoir été négativement surpris de rien depuis son entrée au ministère : « Je pensais que la situation était plus pire.

Cependant, il a été positivement surpris par le professionnalisme et le suivi attentif des services de sécurité, malgré la situation difficile.

Mawlawi assure également le suivi du dossier des municipalités : « Il y a un gros travail que nous devons faire à Beyrouth.  »
Ici, il présente plus d’une idée qui indique son approfondissement rapide dans les archives de la ville.

Il a ajouté : « Nous suivons également la situation à Tripoli, même s’il y a plus d’un problème au niveau du maire et du conseil municipal ».

Il poursuit : « Quant à Sidon, le plus gros problème est la question des déchets », révélant qu’il s’est coordonné avec le ministre de l’Environnement sur le dossier des déchets au Liban dans son ensemble.  »