SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 16 October 2021, Saturday |

Mikati : Le travail du gouvernement se concentre sur un dossier essentiel, qui est l’électricité

Le Premier ministre Najib Mikati a affirmé que « des réunions et des contacts sont en cours au niveau interne et avec tous les organismes internationaux concernés pour élaborer un plan unifié de redressement financier et économique qui sera adopté par le gouvernement en vue de sa mise en œuvre pour sortir de la crise actuelle, parallèlement aux préparatifs pour entamer les négociations avec le FMI pour établir un programme de coopération à moyen et long terme. »

Et il a souligné que « les communications dans ce contexte incluent également les banques qui ont le devoir de participer au sauvetage, car la reprise économique relance le cycle économique dont les banques sont une partie essentielle. » Il a également souligné « la nécessité d’une coopération positive de toutes les parties pour rétablir les droits des déposants. »

En outre, il a souligné que « le travail du gouvernement se concentre actuellement sur un dossier de base, qui est l’électricité, qui coûte au trésor public deux milliards de dollars par an, sans plan durable pour une solution. »

Le Premier ministre s’exprimait lors de sa rencontre avec une délégation de l’Association des banques dirigée par Salim Sfeir au Grand Sérail, avec la participation du Vice-Premier ministre, Saadeh Al-Shami.

Au cours de la réunion, le président de l’Association des banques a déclaré : « L’entrée de la solution réside dans la stabilité politique et la disponibilité d’une intention claire d’approuver les réformes. » Il a souligné que « toute solution doit conduire à la protection de l’argent des déposants. »

Le Premier ministre a également reçu le directeur de l’Institut de planification arabe au Koweït, le Dr Badr Othman Malallah, à la tête d’une délégation.

Après la rencontre, Malallah a déclaré : « Nous avons été honorés de rencontrer Mikati et nous avons discuté avec lui de certaines questions liées au rôle de l’Institut et de la possibilité de fournir des services de développement pour soutenir l’économie libanaise et appuyer le gouvernement libanais dans cette phase sensible. Il s’est montré, comme d’habitude, ouvert, flexible, motivant et encourageant, et il est un ami de l’Institut. »

De plus, il a ajouté : « Cette visite s’inscrit dans le contexte de ce que nous pensons être nécessaire de la part des frères arabes et des institutions arabes communes pour apporter un soutien et une assistance au Liban dans cette étape critique et sensible qu’il traverse. La première est la question des négociations avec le Fonds monétaire international, où nous avons exprimé notre point de vue sur ces négociations, les difficultés qui les entourent et ce qui pourrait en résulter. Sur la base de la recommandation du président Mikati, il y aura un contact avec le vice-premier ministre, Saadeh Al-Shami, afin d’examiner la possibilité de former une équipe de négociation de soutien pour fournir un appui technique et consultatif à l’équipe libanaise de négociation avec le FMI, ce qui fait partie des missions et spécialisations de l’institut. »

Aussi, il a déclaré : « Nous espérons que les négociations avec le Fonds ou d’autres institutions donatrices conduiront à une compréhension de la communauté internationale et des institutions donatrices arabes et internationales pour la situation libanaise et les besoins des Libanais après avoir traversé des circonstances étroites et difficiles. Par conséquent, la communauté internationale et arabe doit jouer son rôle pour fournir un soutien et une assistance au Liban, que ce soit par les institutions donatrices ou les institutions humanitaires et les institutions de la communauté internationale.Nous nous sommes également concentrés au cours de la réunion sur la nécessité de stimuler et d’actualiser les conseils que nous avons fournis au Liban en 2016 concernant la compétitivité de l’économie libanaise, et nous incluons dans ce document une nouvelle vision qui correspond à la situation actuelle et nous présentons un document consultatif important qui aidera le gouvernement libanais à découvrir certaines des questions nécessaires dans son approche de la réforme économique et financière. »

Enfin, il a déclaré : « Nous avons également abordé la question de l’importante carte des investissements que nous avions établie pour la ville de Tripoli afin d’y promouvoir les investissements, et nous espérons qu’elle s’étendra et inclura toutes les régions libanaises, d’autant plus qu’elle a été parrainée et soutenue par le président Mikati, qui réalise l’importance de stimuler les investissements internes ou d’attirer les investissements étrangers, et je pense que la carte est l’un des outils nécessaires pour promouvoir et activer le mouvement des investissements. Nous avons discuté avec le Président sur le système de planification du développement que tous les pays arabes ont pu mettre en place, d’autant plus que nous essayons depuis un certain temps de convaincre les responsables au Liban que s’il fait partie d’une vision économique globale et de plans de développement successifs, il peut réduire les contradictions et les agendas politiques, et créer une sorte de consensus national. Sur les questions économiques importantes, nous espérons pouvoir aider le Liban. Nous avons également offert de vastes programmes de formation pour les institutions et les organismes d’État, où nous formons plus d’un millier d’employés par an dans diverses institutions pour soutenir les capacités humaines, et nous espérons que ces programmes se développeront. Nous souhaitons également la réussite du gouvernement de Mikati. »