SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Mikati: Les travaux de reconstruction du port de Beyrouth restent une priorité nationale et économique

Le Premier ministre Najib Mikati a affirmé que l’explosion du port de Beyrouth était une station horrible et douloureuse dans l’histoire du pays, et que ses répercussions ne seront pas facilement effacées avec le temps.

Mikati a déclaré: « Les travaux visant à restaurer le port, à le reconstruire et à éliminer la poussière de la guerre restent une priorité nationale et économique, afin de redonner aux gens espoir et confiance dans la capacité de ce pays. » Il a ajouté que le port est l’artère la plus vitale de la Méditerranée, indépendamment de la priorité de supprimer les caractéristiques de l’explosion et de la dévastation qui l’a suivi.

« La question principale est de savoir quel port voulons-nous et pour quel rôle ? » De ce point de vue, nous nous réunissons aujourd’hui, avec l’effort du ministre des Travaux publics et des Transports, Ali Hamieh, pour lancer la première étape pratique du projet de restauration et de reconstruction du port, à travers un accord avec la Banque mondiale pour préparer l’étude sur la nouvelle identité juridique du port de Beyrouth et son plan directeur.

Ce projet, fixé avec une échéance qui se termine en juillet prochain, répond à la question fondamentale, quel est le rôle futur que nous voulons pour le port et sa gestion, après que tout le concept économique a changé au Liban et dans le monde, et que nous sommes dans la phase de reconstruction de l’économie à nouveau.

Il a ajouté: « Nous nous préparons aujourd’hui à une nouvelle loi pour le secteur portuaire, y compris le port de Beyrouth, afin d’être un facteur d’attraction pour le partenariat avec des entreprises spécialisées, à condition que l’État reste le décideur et ait le dernier mot dans tout ce qui va se passer. Nous voulons que le port de Beyrouth reste le phare de ce pays et sa première porte d’entrée, en coopération et en intégration avec tous les ports libanais.»