SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Ministre de la Défense : Ce qui s’est passé à Tayouneh n’était pas une embuscade…et nous n’acceptons pas le destitution du chef de l’armée

Le ministre de la Défense, Maurice Selim, a confirmé que ce qui s’est passé jeudi n’était pas une embuscade mais un accident douloureux.

Selim a déclaré à « La Voix du Peuple » via LBCi et Sawt Beirut International (SBI) : « Ce qui s’est passé est un incident inquiétant et les circonstances de son déroulement restent à déterminer par l’enquête en cours, qui est basée sur des faits et des preuves qui déterminent les responsabilités de ce qui est survenu. »

En outre, il a ajouté : « Nous espérons que les enquêtes révéleront la nature de ce qui s’est passé afin que les Libanais sachent la vérité sur les événements. »

Et le ministre de la Défense a souligné qu’il y avait une déviation dans la trajectoire de la marche, et c’est ce qui s’est passé.

Il a souligné que les services de sécurité n’ont pas été trompés, et l’enquête révélera la cause de la déviation de la marche qui a conduit à ce résultat.

Concernant la menace du ministre Muhammad Mortada avant l’incident, il a déclaré : « J’exclue que le ministre ait eu l’intention de recourir à la violence, et je ne lie pas les événements de jeudi à ses déclarations. »

Et en réponse à une question, il a déclaré : « Les enquêtes prouvent qu’il y avait des snipers sur les toits des bâtiments qui ont fait des victimes, et je ne peux pas être certain qu’il y avait des snipers, et c’est l’enquête qui clarifiera la question. »

Puis, il a ajouté : « Il n’est pas possible pour les forces militaires d’être déployées sur toutes les routes secondaires, mais plutôt d’être déployées de manière extensive au point de rassemblement principal. »

Concernant les demandes de destitution du commandant de l’armée, il a répondu : « J’ai été surpris par ces demandes. Le général Aoun a préservé l’armée et fait face au terrorisme aux frontières, et il joue son rôle de manière distinguée. La demande de son licenciement est une injustice pour lui, et l’armée est populaire auprès des gens et ils sont à l’aise avec sa présence lorsque n’importe quel événement se produit, et nous n’acceptons pas son licenciement, et ces demandes n’expriment pas la voix et la conscience du peuple. »

    la source :
  • Almarkazia