SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

Ministre de la Justice: j’ai confiance à la Cour d’appel et la commission qui a rendu sa décision aujourd’hui

Le ministre de la Justice, Henry El-Khoury, a commenté la décision de la Cour d’appel civile de rejeter les demandes soumises pour empêcher l’enquêteur judiciaire, le juge Tarek Al-Bitar, d’enquêter sur l’affaire du port de Beyrouth, en déclarant: « J’ai examiné le résumé de la décision, et le président du tribunal a constaté que le dossier qui lui a été soumis ne répondait pas aux exigences légales.Je respecte cette décision et j’ai pleine confiance dans le tribunal qui l’a rendue. »

Rencontres

Le ministre Al-Khoury a reçu ce matin une délégation du Centre arabe pour le secrétariat scientifique du Conseil des ministres arabes de la Justice dirigé par Youssef Al-Sabawi.

Le ministre Al-Khoury a indiqué qu’il « a été informé par Al-Sabawi du travail du centre, de ses objectifs, du siège permanent au Liban, et de tout le travail effectué par le centre, en particulier la conférence qui s’est tenue en Irak et à laquelle a assisté un nombre de ministres arabes de la justice dont sa date était antérieure à la formation du gouvernement au Liban.

Le ministre Al-Khoury a également reçu le président du Centre arabe de recherches juridiques et judiciaires, l’ambassadeur Abdel Rahman Al-Solh, qui a souligné « la nécessité de fournir un terrain pour construire un centre permanent pour le Centre arabe au Liban . »

Al-Khoury a annoncé avoir été « informé par l’Ambassadeur Solh de la tenue de la réunion du Conseil d’administration du Centre entre le 19 et le 20 ce mois-ci en présence de la Ligue des États arabes et du Conseil d’administration composé du pays: Irak, Arabie Saoudite, Egypte, Tunisie, Libye et Liban. »

Le ministre Al-Khoury a également reçu le chef de la délégation de l’Union européenne, l’ambassadeur Ralph Tarraf.

Il a expliqué qu’il avait discuté avec l’ambassadeur Tarraf de plusieurs questions, notamment les enquêtes sur l’affaire du port de Beyrouth, le plan stratégique, l’efficacité du système judiciaire au Liban et l’achèvement de l’automatisation des cours de justice.Outre la question de la surpopulation dans les prisons libanaises, la nécessité d’accélérer leurs dossiers, l’indépendance de la justice, et le projet devant les commissions parlementaires à cet égard et les problèmes vécuent par les travailleurs étrangers aux maisons.