SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Ministre de la Santé : Environ 190 000 doses de vaccin contre le choléra ont été distribuées

Le ministre intérimaire de la Santé publique Firas Abyad a présenté les résultats de la campagne de vaccination contre le choléra une semaine après son lancement, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue au ministère.

Abyad a commencé la conférence en parlant de « la propagation continue du choléra au Liban, mais les cas dans les hôpitaux sont sous contrôle, où le traitement nécessaire leur est fourni, en plus de la diminution du nombre de cas qui nécessitent une hospitalisation, comme le montre le rapport quotidien publié par le ministère de la Santé publique, puisque leur nombre a atteint environ 55 cas, parmi eux, il y a quelques cas qui nécessitent des soins intensifs. »

Il a souligné que « le nombre cumulé a atteint, jusqu’à hier, environ quatre mille cas, dont 600 cas confirmés, avec le décès d’une personne âgée qui souffrait de plusieurs maladies qui l’ont empêché de répondre pleinement au traitement. »

Quant à la campagne de vaccination, il a déclaré qu’elle « est menée en coordination avec les partenaires internationaux de l’Organisation mondiale de la santé, de l’UNICEF, du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et d’autres organisations des Nations Unies, en plus des partenaires locaux et des institutions internationales qui déploient leurs équipes sur le terrain de la Croix-Rouge libanaise, de la Fondation Amel, de MEDAIR et de Médecins sans frontières », ainsi que du Comité international de la Croix-Rouge.

Il a décrit le travail effectué comme étant « énorme, car les équipes sont déployées en même temps dans quatre gouvernorats dans plus de six districts pour couvrir plus de 53 villes, avec plus de 45 000 (quarante-cinq mille) foyers ».

Les résultats obtenus à ce jour et en six jours sont présentés comme suit :

– Environ 190 000 doses de vaccin ont été réalisées, dépassant ainsi le nombre prévu par le plan national de vaccination pour cette période.

– La Croix-Rouge libanaise, la Fondation Amel, MEDAIR et Médecins sans frontières ont déployé 250 équipes sur le terrain, dont 945 agents de santé et administrateurs, qui se sont déplacés d’une maison à l’autre et d’une ville à l’autre, tout en assurant la couverture de 82 établissements d’enseignement et de quatre prisons, à condition que le transfert ait lieu à proximité des maisons de retraite et des lieux présentant une forte surpopulation.

– En ce qui concerne la répartition des vaccinés selon la nationalité : la moitié d’entre eux sont libanais et l’autre moitié est d’autres nationalités pour les résidents, dont la majorité sont des Syriens, suivis des Palestiniens et d’autres nationalités. Les vaccinés se répartissent selon le sexe comme suit : 53 pour cent de femmes et 47 pour cent d’hommes, et la majorité d’entre eux sont âgés de 5 à 14 ans, et ils sont enregistrés sur la plateforme MERA du ministère de la Santé publique, qui est le résultat d’une coopération entre l’UNICEF, le programme de soins primaires et le programme e-santé du ministère. . Cette plateforme, qui est habituellement utilisée dans le programme de vaccination de routine, a donné d’excellents résultats sur le déroulement de la campagne de vaccination.

– La campagne de vaccination contre le choléra se poursuivra dans les prochaines semaines pour distribuer un total de 600 000 doses.

– En début de semaine, le ministère de la Santé publique, en coordination avec l’Organisation mondiale de la santé, a soumis une demande pour recevoir une deuxième partie des doses, qui s’élèvent à environ un million et demi de doses, afin d’entamer la deuxième phase de la campagne de vaccination dans le but d’accroître la protection de la société et de préparer une saison des fêtes sûre.

– En ce qui concerne la demande de vaccin, Abyad a réitéré sa satisfaction, notant la « préparation préalable et continue de la campagne de vaccination », soulignant que « le vaccin contre le choléra est sûr, et le nombre de ses utilisateurs dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la santé, a atteint plus de 100 millions de personnes, avec des effets secondaires rares s’ils se produisent. »

– Et il a souligné que « le ministère de la Santé publique, par le biais du système de pharmacovigilance, suit les éventuels effets secondaires, et jusqu’à présent, ces symptômes sont encore très rares », notant que « dans certaines régions, les gens et les résidents justifient leur refus de se faire vacciner en disant qu’ils ont de l’eau potable. »

Il a souligné que « l’épidémie de choléra, bien qu’elle soit sous contrôle, se propage rapidement et est très contagieuse, et la réalité épidémiologique observée au Akkar peut se répéter, avec l’enregistrement d’un grand nombre de cas infectés. Par conséquent, il est très important de se faire vacciner même dans les zones considérées comme sûres, d’autant plus que les déplacements entre les régions sont un facteur d’infection. »

Enfin, il a remercié « le soutien apporté par les partenaires internationaux et locaux et l’équipe de travail du ministère de la Santé publique pour les efforts déployés afin de mettre en œuvre une campagne de vaccination réussie », espérant que « les fêtes de fin d’année seront sûres pour tous. »