SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Ministre de la Santé: Les médicaments des maladies chroniques et le lait infantile arriveront d’ici la fin de janvier

Le ministre de la Santé Firas al-Abiad a déclaré « Nous avons quatre choses fondamentales qui changent le sujet de la médecine » en ajoutant « La deuxième chose est la politique de compter sur l’extérieur pour importer des médicaments, même si nous avons une bonne production pharmaceutique au Liban, où nous avons 12 usines, et cela devrait augmenter le soutien pour cela, ils peuvent être une source de dollars pour le pays ».

« La troisième chose est liée à la générique et aux marques », a déclaré Abiad dans une interview télévisée. Il a déclaré« Dans le passé, nous avions la possibilité de n’apporter que des marques, mais aujourd’hui, il y a une grande partie des pays développés dont les médicaments sont générique », soulignant que « nous devons mettre à jour les lois pour faciliter l’entrée de médicaments de haute qualité , mondialement reconnus et accélérer le processus, afin que tout le monde puisse introduire de bons médicaments. « Par conséquent, si un fabricant a ses spécifications, nous pouvons lui donner un enregistrement préliminaire de l’introduction du médicament jusqu’à la fin des procédures, afin que le citoyen puisse bénéficier de médicaments reconnus qui sont moins chers que d’autres. »

Il a dit « À ce stade, nous devons saisir l’occasion et prendre de nouvelles politiques pour sortir plus forts de la crise.Dans ce contexte, nous travaillons sur une carte de drogue qui peut permettre aux plus pauvres d’avoir une certaine quantité pour acheter des médicaments, mais notre principale préoccupation était de ramener le médicament au Liban parce que le vide qui s’est produit dans le passé a permis à certains médicaments qui n’ont pas de données d’entrer au Liban par la contrebande, donc le moyen le plus simple de se débarrasser de ce problème est de sécuriser le bon médicament.Je m’attends à ce que les médicaments contre les maladies chroniques et le lait infantile arrivent au Liban d’ici la fin du mois de janvier. »

Il a déclaré « Il est vrai que nous avons pris des mesures supplémentaires à l’aéroport international de Beyrouth et forcé les passagers au Liban, même s’ils sont vaccinés, à effectuer un test PCR avec un résultat négatif. Notre préoccupation était de ne pas fermer le cycle économique autant que possible, et nous savons que la plupart du travail se fait pendant la journée, et c’est la vie sociale qui est pendant la nuit, et c’est ce que nous avons vu l’année dernière pendant les vacances, où il y avait beaucoup de rassemblements dans les maisons ».